ExploreSouth America

Voyage en Argentina depuis Ushuaia

By février 7, 2019 No Comments

Ici, je vais parler du voyage en Argentine depuis Ushuaia, avec un arrêt à Punta Arenas (Chili), puis à El Calafate et El Chalten, et éventuellement dans d'autres villes si nous en avons le temps.

Aujourd’hui, nous allons au parc national Tierra del Fuego.

Il est à environ 30 minutes du centre-ville, mais au bout du compte, il nous a fallu une heure, car nous avons fait la queue pour payer les frais d’entrée.

Nous avons décidé de faire de la randonnée et de camper … quelle bonne idée! J’aime tellement faire du camping …

Le bus nous a déposé là où se trouve le bureau de poste, le plus austral du monde. Nous dépensons encore plus d’argent en timbres et nous avons fait tamponné nos passeports 😀

Nous commençons la randonnée, et après 5min, je réalise que mon sac est … très … très … très … très lourd !!!! Il va être très difficile pour moi de transporter toutes mes affaires …

La vue sur le lac et la montagne est magnifique! Le temps est parfait: ensoleillé et pas de nuages ​​(et pas de vent !!!). Après 30 minutes de marche, je suis morte de fatigue et je demande à Quentin de faire une pause… mon dos me fait très mal. Nous nous arrêtons sur l’herbe devant le canal et nous déjeunons.

Puis on recommence. Nous marchons dans la forêt et reconnaissons certains des arbres et des plantes que nous avons vus lors de la croisière. Notre corps souffre mais nous continuons à marcher.

Deux heures plus tard, nous ferons une pause plus longue sur une plage calme où nous nous endormirions avant de recommencer.

Une heure plus tard, nous arrivons à la cafétéria où se termine la promenade. Nous prenons une bière pour Quentin, une tarte à la coca et au citron pour moi, nous nous détendons un peu avant de nous rendre au camping.

Le camping est sympa; en face de la rivière et une montagne. C’est calme ; il y a un homme célibataire et un couple mais nous avons suffisamment d’espace et nous n’avons pas à fermer la tente près d’eux. Nous avons de la chance car il fait encore beau mais le vent commence à souffler. Nous préparons la tente assez facilement et rapidement puis commence à cuire des pâtes; cela prendra beaucoup de temps parce que nous avons pris de l’eau froide de la rivière.

Après le dîner, nous allons nous coucher.

Quentin se réveille et me demande quelle heure je pense qu’il est.

Je n’ai pas très bien dormi (je voulais faire pipi mais j’étais trop paresseuse, donc j’ai eu froid; je n’ai du coup pas réussi à trouver la position correcte pour dormir), alors je pense qu’il est 8 heures. Il rigole et me dit qu’il est 11h45 !!!

Nous voulions partir en randonnée pendant 3h ce matin et laisser les choses dans la tente. Mais à cause de l’heure, nous décidons de déjeuner, de préparer la tente et de partir en randonnée pendant moins de 2 heures car nous aimerions avoir le bus à 15h pour retourner en ville (le prochain serait à 17h …).

Après le déjeuner et terminé de préparer les bagages, nous partons. C’est une promenade assez facile mais avec les sacs, c’est un peu douloureux. Nous marchons dans la forêt et finissons devant le Beagle. Nous verrons des oiseaux sur le chemin.

Nous arrivons au bus 30min avant le départ alors nous nous détendons. Nous sommes détruits d’hier.

Il faudra 30 minutes pour retourner à Ushuaia. Nous allons au airbnb et prenons une douche.

Vers 18h30, nous décidons d’aller voir Thierry pour parler de l’Antarctique, même si je sais que nous n’aurons pas beaucoup plus d’informations, et pour dire au revoir à Hélène.

Nous retrouvons Thierry et Catherine sur le bateau. Nous discutons pendant 30 minutes et disons au revoir. Puis nous rencontrons Hélène pendant encore 30 minutes avant d’aller manger des « cébollas » en ville.

Le dîner était très bon, mais nous retournons à l’appartement pour aller nous coucher car demain nous devons nous lever à 5h30 pour prendre le bus pour Punta Arenas au Chili.

Aujourd’hui on se lève très tôt car on a un bus à prendre à 7h du matin.

Pas facile de se motiver mais on arrive à temps. Le bus ne correspond pas vraiment au descriptif de l’agence mais il est confortable.

Il est 7h, le bus démarre à l’heure. On remonte dans Ushuaia, on redécouvre les montagnes, c’est super joli. Puis au bout d’une heure le paysage change et devient…ennuyeux…monotone… Il y a de grandes estancias. C’est assez plat. Par moment on verra des animaux : guanacos, moutons, vaches, chevaux et oiseaux.

Vers midi on arriver à la frontière Argentine : contrôle des passeports, tout le monde descend. 15min plus tard rebelotte mais côté chilien. Les chiens ont reniflé un sac et bien sûre le seul qui est sorti du bus c’est celui de Quentin ! (sans doute à cause du parmesan…). Finalement ils ne diront rien. On se remet en route, le paysage est toujours aussi inintéressant mais dans certaines estancias ils élèvent des autruches (oui oui !!!).

Au bout d’un long moment le bus d’arrête et le chauffeur assistant dit un truc qu’on entend à peine mais on en en face de l’eau donc on se doute que c’est le moment de prendre le ferry. Un gros bateau arrive, tous les conducteurs de bus, de voitures et les motards monteront leurs machines tandis que les passagers iront se réfugier sur le pont ou à l’intérieur. Le voyage durera moins d’une heure puis nous reprendrons la route pour un peu moins de trois heures.

Une fois arrivé (en avance !) le bus nous dépose en plein centre-ville, ce qui est surprenant. On décide de prendre un taxi pour aller au airbnb. Le chauffeur nous raconte plein de choses qu’on ne comprend pas mais on fait bien semblant d’avoir compris. La fille chez qui on habite est dans un quartier résidentiel. Elle a une petite chienne peureuse au début. La fille est super gentille et parle parfaitement anglais. Je lui dit qu’on doit pratiquer notre espagnol mais elle veut parler en anglais…donc on lui parlera en anglais. Sa maison est mignonne et on a une grande chambre. Elle nous propose même de faire la lessive (Quentin en profite ; c’est vrai que son pull commence à puer…).

On ira faire des courses, elle nous accompagne et en profite pour promener sa chienne. Le programme de la soirée sera simple : planifier les deux prochaines semaines. Cela nous prendra toute la soirée.

Ce matin on prend le petit déjeuner avec notre hôte. Elle nous expliquera comment aller au centre-ville en ‘’collectivos’’.

On se prépare puis on y va. On devrait avoir le ‘’collectivo » à l’angle de sa rue. On voit un paneau avec une petite voiture et des gens qui attendent du coup on attend là. Il n’y a pas d’horaires ni de panneau du coup on attend.

Vingt minutes plus tard une voiture noire arrive et prend les gens. On capte que le « collectivo » c’est un genre de taxi en bien mois cher. On attend encore, et encore, et encore, puis un bus arrive. Par chance ce bus va au centre-ville ! du coup on monte dedans et on se laisse transporter jusqu’au centre-ville.

C’est assez rapide. Le bus nous dépose devant le centre d’information touristique. La ville n’a pas l’air très très fun mais bon on avait un but en venant ici (appareil photo !!!!).

On se promène, on va acheter des tickets de bus pour demain, on visite une église assez sobre, puis un super musée sur les différentes ethnies, Magellan, la conquête de la Patagonie et la faune du coin. Ensuite on va voir le cimetière qui est assez intéressant, il y a de grandes allées avec des arbres taillés de façon intéressante.

Après la visite de la ville on essaye de se diriger vers la Zona Franca (zone de duty free où je devrais trouver mon bonheur). On galère à trouver un « collectivo », ils sont tous pleins ! Finalement on se tapera un sprint pour prendre un bus.

La zona Franca c’est…euh…bof en fait. Ils ne vendent que des Nikon et Canon et aucun hybride !!! je suis vraiment dégoûtée. Du coup je me rabats sur un compact canon (c’est nul canon !!!) que Quentin me propose de me racheter à un prix dégriffer… il est gentil mon Quentin.

On décide de partir visiter la réplique du bateau de Magellan. On prend un taxi pour y aller car c’est loin. C’est super sympa ! Il y a un autre bateau en construction du coup on en profite.

Pour rentrer ça sera un peu plus la galère… on tente de faire du stop et après un bon quart d’heure un mec a pitié de nous et nous dépose au bus de la Zona Franca. On prendra deux « collectivos ». C’est assez drôle : tu rentres, tu dis où tu vas et il ne te dépose pas loin si ce n’est pas sur sa route ; entre temps des gens entrent et descendent.

On finit par arriver une demi-heure plus tard au airbnb, juste à temps car il commence à bien pleuvoir ! Notre hôte revient un peu plus tard et nous dit de regarder par la fenêtre : il y a des vaches qui se promènent dans la rue ! Décidément, le Chili c’est intéressant 🙂

Réveil super tôt ce matin: 5h45 ; on doit prendre le bus à 7h pour aller à El Calafate avec un premier arrêt à Puerto Natales.

On prend le petit déjeuner tous les trois puis notre hôte nous dépose au bus. On en a pour trois heures avant d’arriver à Puerto Natales. Quentin dormira tout le long et moi je m’ennuierai un peu.

Une fois au terminal de bus, on se cale sur un siège ; j’essaye d’avoir le wifi mais je le capterai très mal. Je vois qu’il y a un office pour la CONAF du coup je vais leur demander pour le Torres del Paine si on risque de se faire refouler avec une nuit manquante. La fille me dit que tout est pris et que du coup on devra se faire un aller-retour inutile et cher pour dormir à l’extérieur du parc ! Elle me recommande d’aller à l’office de Fantastico Sur en ville. Du coup je décide de prendre un taxi et d’y aller, pendant que Quentin garde les affaires. A l’office ils me disent que c’est complet mais que je devrais les contacter en cas de désistement. Je retourne voir Quentin. On est dégoûtés…parce qu’on a voulu économiser on va finalement payer plus cher que prévu et en plus perdre notre temps !

On décide de prendre les billets d’entrée du parc et les billets de bus pour y aller, pour éviter toute mauvaise surprise dans quelques jours.

L’attente au terminal est longue. Quatre heures plus tard on part enfin pour El Calafate. La route est jolie au début, puis passé la frontière Chilienne elle redevient monotone. On verra quelques familles de guanacos en chemin.

Le terminal de bus à El Calafate est super loin de notre airbnb du coup on prend un taxi. Il galère à trouver le logement et décide d’appeler notre hôte Carlos. Vingt minutes plus tard on arrive. Sa maison est marrante ; il nous explique qu’il l’a construite lui-même avec du bois et de la terre. Il est fan de tango et un de ses jobs c’est de faire des massages dans des hôtels (il a appris dans la jungle amazonienne au Pérou). Il est super gentil. Je suis contente je pratique enfin mon espagnol. Il nous conforte en disant qu’il ne comprend rien quand les chiliens lui parlent !

Après une belle discussion on va se coucher.

Aujourd’hui rien de très folichon, on essaye d’organiser nos deux prochaines semaines. Du coup on va passer notre temps à chercher les agences, et payer payer payer…

Entre temps on (je) aura pris une glace, des jus de fruits, de la bière et un chocolat chaud (encore moi…).

Aujourd’hui, c’est le jour J où nous allons marcher sur le Perito Moreno. Nous sommes super excités mais le bus viendra nous chercher dans un hôtel situé à 20 minutes de la maison de Carlos.

Nous nous levons à 6h du matin, essayons de nous préparer dans l’obscurité et dans le silence (il dort dans le salon, nous ne voulons donc pas le réveiller). Il fait un peu froid dehors mais on peut voir les montagnes, c’est joli. Tous les chiens nous crient dessus. Comme nous risquons d’attendre le bus 45 minutes, nous commençons à regarder un épisode d’une série sur Netflix.

Dans le bus, la dame nous dit des choses sur les paysages autour d’El Calafate et beaucoup de choses sur le glacier; c’est très intéressant. Nous apprenons également que nous allons passer une heure dans le parc pour voir le glacier. Nous sommes heureux même si nous y avons passé la journée hier. Ensuite, nous devrions prendre un bateau (grande surprise !!) et faire une randonnée vers le glacier.

La vue ce matin est magnifique. Il fait plus sombre mais cela donne d’autres couleurs au glacier. Nous espérons voir de la glace tomber. Nous en voyons pas mal mais pas le gros que Quentin attendait hier.

Nous retournons au bus et allons au port pour prendre le bateau. Là encore, la vue est magnifique. C’est formidable de voir un glacier à partir du bateau, nous profitons vraiment de ce moment.

Quand nous arrivons, plusieurs guides nous attendent pour préparer le matériel pour la randonnée et tout expliquer. Ils ont divisé les gens en plusieurs groupes.

La première partie de la randonnée consiste à nous rendre dans la région du glacier où nous pouvons commencer à grimper. Cela nous prendra 45min. Les vues sont magiques! Là on pose les crampons et on commence à marcher dessus. Ils sont super lourds !!! Mais c’est assez drôle. On voit les différentes parties des glaciers avec des couleurs étonnantes (bleu, turquoise…), les guides expliquent beaucoup de choses, c’est très intéressant. Sur le chemin, nous voyons aussi des ‘lacs’ aux couleurs magnifiques. Nous continuons à marcher pendant trois heures puis nous revenons. Nous avons eu une expérience merveilleuse là-bas.

Après une si bonne journée, nous avons décidé de dîner là où nous avons bu une bière et mangé un gâteau hier soir. Ils font des hamburgers avec de la viande de guanaco et Quentin voudrait essayer. Il fait encore beau à El Calafate. Nous apprécions notre dernier séjour ici car demain nous allons camper à Lago Roca.

Ce matin c’est grasse mat’; on se lève à 8h ! woop woop ! On a réussi à faire comprendre au taxi où venir nous chercher du coup nous n’aurons qu’à marcher trois minutes.

Aujourd ‘hui nous avons une heure de mini van pour aller au Lago Roca. Quentin voulait y aller car il a lu que c’était joli, qu’il y avait de belles randonnées à faire et un super camping. La route est magnifique, on voit l’autre versant du lac et de loin le Perito Moreno.

Une fois au camping, le proprio nous explique comme cela fonctionne (horaires pour électricité, accès aux WC et douches et emplacements). On choisit un super emplacement en face du lac, c’est super.

Il fait ultra chaud dehors. On plante notre tente, on prend le temps de s’installer et de déjeuner puis en milieu d’après-midi on part faire la ballade le long du lac. On a beaucoup de chance car il fait super beau et les montagnes sont dégagées.

On prend le temps d’apprécier le paysage puis on rentre tranquillement. On décide d’aller faire la popote. Il y a un jeune qui est là du coup on discute avec lui ; c’est une genevois. On dîne ensemble puis chacun retourne dans sa tente faire un gros dodo.

Ce matin on devait se lever tôt faire la grosse montagne derrière nous mais il fait moche et les montagnes sont sous la grisaille. Du coup on restera à glander sous la tente et éventuellement trente minutes sur le banc dehors pour déjeuner.

En plein milieu de la sieste un ranger vient nous réveiller pour nous dire de déplacer la tente car il va y avoir beaucoup de vent ce soir et nous sommes trop proches de deux branches qui risquent de nous tomber dessus. Du coup on se motive, on refait les sacs, on soulève la tente (on a bien géré le truc !) et on le déplace ailleurs.

Vers 17h on décide de sortir marcher vers l’estancias. Elle est à 4km du camping. Sur la route on croisera quelques lièvres et des vaches. A un moment des vaches prennent peur en nous voyant et se mettent à courir et là on voir un gros taureau qui nous regarde près à charger. On décide de quitter la route et de passer dans la brousse histoire de s’éloigner de lui.

On arrive à l’estancia. C’est un peu tristounet comme endroit (à cause de la météo je pense). On va voir les chevaux…ils ont l’air si tristes !!! Ils sont tous réunis dans un tout petit enclos en attendant les touristes qui prennent le goûter dans le restaurant. Cela fait peine à voir. Du coup on décide de rentrer et de longer le lac. On aura fait presque trois heures de marche finalement.

On va faire à manger, jouer au scrabble puis dodo. Si demain il fait beau on tentera la montagne.

This morning we were supposed to wake up early to go hiking, but the weather was not great: rain and clouds all over the mountains, so no interest. In the end we spent most of the time in the tent; we went out thirty minutes outside to have munch then went for a nap.

Le vent a soufflé très fort hier et cela nous a empêché de dormir. Ceratines sardines de la tente se sont même décrochées.

On regarde dehors, on voit les montagnes. Il est 7h30 du matin, on se motive! On refait nos sacs et on plie la tente. On se prend un petit déjeuner rapide sur le banc puis on va deposer nos affaire à la reception.

A 9h on part du camping pour faire la grosse rando. Elle devrait durer 4h aller et 3h retour.

En arrivant devant le paneau on se rend compte que ça va bien plus loin que ce que l’on pensait: il y a une montagne à gravir, on doit passer par derrière pour arriver au sommet d’une autre! On est crevés mais on se lance. Au loin on apperçoit un guanaco. Ca grimpe dure. On souffre. Par moment on a de la pluie et du vent et à d’autres il fait trop chaud. La montée est rude mais le paysage est à couper le soufflé. On a droit à plein d’arc en ciel, aux sommets des montagnes dégagés, à une vue parfait du perito moreno au loin. Par contre, On en voit pas le bout! Deux heures plus tard on est derrière la première montagne et là on voit ce qu’il nous reste: un pic en plein vent duquel on peut se casser la figure à tout moment. En voyant ça j’ai envie d’abandonner mais Quentin est motive et Il est hors de question que je le laisse partir seul. Du coup on contine. On se prendra des raffales à je pense, plus de 80km/h qui nous empêcheront d’avancer. On aura aussi une pluie super forte, du coup on se repliera sur nous mêmes quelques minutes en espérant que ça passe. Au loin on voit un groupe qui arrive du coup on se remet en route pour arriver en premier. On arrive en haut et là le spectacle est époustouflant, une vue à couper le soufflé sur les glaciers, les différents bras du lacs, des couleurs magiques et les montagnes impossibles à voir d’en bas, sans parler de la bvue sur le Torres del Paine (au Chili!!) au loin. On restera un petit moment au sommet, jusqu’à ce que l’autre groupe arrive puis on redescendra super rapidement (en courant Presque tout le long).

De retour au camping on attend le bus pour retourner à El Calafate. Le chauffeur est super sympa, il s’arrête lorsqu’il voit des animaux: on a pu voir des autruches et des condors dévorer une vache! La route est superbe, il passe par un autre chemin qu’à l’aller. Il nous depose dans notre hostel (qui est super bof et bruyant). On rencontre nos voisins de couchettes: un papa avec son fils en tour du monde et…une mauricienne! ça fait plaisir, ahah!

Aujourd’hui il y a une grosse fête en ville du coup on decide d’y aller. En fait il y a des petits stands dans une rue où ils vendent un peu de tout, et des concerts dans une grande arène. On ira écouter un mec qui chante plutôt bien puis on ira dévorer une pizza vant de retourner à l’hostel dormir.

Leave a Reply