De retour au Pérou pour un beau mois de voyage en Amérique latine. Le dernier de ce génial tour du monde de 15 mois.

Nous allons passer par Arequipa, Cuzco et la vallée sacrée, sans oublier de faire un longue étape au bord du Lac Titicaca.

Arequipa

Après un réveil très matinal, du taxi, de l’attente à l’aéroport de Quito, un premier vol vers Lima, 6h d’attente à Lima et un autre vol vers Arequipa…nous voilà enfin de retour au Pérou pour de nouvelles aventures !

Et c’est parti pour une visite rapide la belle ville d’Arequipa.

Après avoir pris nos billets de bus pour demain, pour aller faire un treck dans le canyon de Colca, nous reprenons un taxi pour la Plaza de Armas. Le chauffeur est très sympa et nous fait bien marrer.

Il nous dépose à côté d’une belle église que nous décidons de visiter. L’intérieur est assez épuré et elle est faite en pierre blanche. C’est très joli.

Nous nous dirigeons ensuite à la Plaza de Armas à deux minutes à pieds. En son centre, il y a un joli jardin et tout autour des bâtiments à l’architecture coloniale ainsi qu’une très belle église datant du XIXème siècle. Nous nous faisons aborder par un jeune homme eu bel accent de la Drôme. Il nous propose des tours pour le Canyon de Colca et d’autres choses. Il nous dit qu’il vend des tickets de bus moins chers que ce que nous comptions prendre, du coup nous le suivons dans son agence. Une heure plus tard nous repartons avec tous les bus et excursions que nous souhaitions pour un bon prix.

On continue la visite pour aller au mirador de Yanahuara. Bon, on s’attendait à mieux…on voit bien les volcans entre les câbles électriques mais ce n’est pas suffisamment haut pour apprécier la vue de la ville. On décide d’aller manger dans un restaurant traditionnel que le jeune homme de l’agence nous avait conseillé. Il est vraiment super grand et très beau (le restaurant !). On voit des gens qui se font servir un plat énorme. Un des clients nous dit que c’est super bon. On ne réfléchit pas deux fois on prend ça (à partager). Le plat arrive…c’est bien trop gros ! Il y a toutes sortes de choses (poivron farci, salade, viande marinée, patates etc…). On mangera jusqu’à explosion puis on retournera à nos visites.

Sur la route on passera devant…une crêperie… N’ayant aucune volonté, je me prendrai une crêpe au Nutella et Quentin un café…j’ai ultra mal au ventre mais bon, une crêpe étant une crêpe…je n’ai pas pu résister !

On décide d’aller visiter le couvent de Santa Catalina. Ce magnifique couvent a été construit en 1529 et il est inscrit au Patrimoine Mondiale de l’Humanité par l’UNESCO. Il a été restauré de nombreuses fois suite à des tremblements de terre. Il est très grand et très différent des couvents que l’on a l’habitude de voir ailleurs. Il ressemble à une mini ville à l’intérieur de la ville. Les religieuses qui y habitaient avaient de très grands appartements et disposaient de leur propre cuisine avec un four traditionnel. Elles étaient d’ailleurs connues pour la fabrication de leurs bons pains et de leurs bonnes pâtisseries. L’architecture du couvent rappelle celle des villes d’Espagne du Sud ; personnellement cela m’a beaucoup rappelé les riads de Marrakech. C’était tellement agréable que nous avons passé deux heures à visiter chacune des pièces du couvent.

Après cette belle visite nous avons flâné dans les rues et nous sommes tombé par hasard sur une belle salle d’exposition : La casa Tristan del Pozo. Ce bâtiment magnifique qui allait être voué à l’abandon a été racheté par la banque qui en fait désormais usage de salle d’exposition et de bureaux. Après avoir admiré l’architecture des lieux, le soleil se couchant encore plus tôt qu’avant, nous décidons de rentrer finaliser nos réservations pour la semaine.

Cañon de Colca

Après le petit déjeuner on prend le taxi direction le terminal de bus d’Arequipa. On attendra une bonne heure que le bus arrive. On voit qu’il sera rempli de touristes ! Des femmes hurlent dans leurs guichets les différentes destinations qu’elles proposent. On a la tête comme une pastèque ! Elles ont des voies un peu suraiguës…

Quand le bus arrive on s’installe puis c’est parti pour 7h dans un bus sans air conditionné ! On a de la chance on est installés du bon côté. On voit les volcans et le canyon. C’est splendide. Quand on arrive dans le canyon de Colca c’est majestueux ! On ne regrette pas d’avoir pris le temps de venir ! C’est tellement immense. Des gens montent et descendent de temps en temps. On verra des personnes habillées avec des costumes traditionnels. Leurs chapeaux sont bien différents de ceux que nous avons vus jusqu’à présent : ils sont blancs et brodées de plusieurs couleurs. Ils ne sont pas haut et rebiquent vers l’arrière. Plutôt jolis.

On arrive à Cobanaconde. Une dame nous demande de la suivre car nous devons payer les 70 soles d’entrée dans le canyon. Après ça on arrive à l’hôtel qui est en face puis on s’installe. On décide d’aller acheter e quoi se faire des sandwiches pour les deux prochains midis puis on va faire un petit tour avant que le soleil ne se couche. Sur le retour on voit la fumée d’un des volcans qui a explosé…ça fait un peu flipper…mais en fait c’est normal ! ouf !

On rentre, on refait nos sacs pour les trois prochains jours (on laissera des affaires à Cobanaconde) puis on va se faire un demi poulet rôti dans le bouiboui d’à côté avant de rentrer se coucher.

Réveil à 6h30 ce matin. On ferme nos sacs après avoir mangé une brioche puis à 7h on part pour notre premier jour de randonnée. Cette journée ça va ; on ne fera que de la descente pendant 4h. On verra de beaux paysages, le canyon qui s’illumine avec le lever de soleil, et la rivière verte qui le traverse. On pourra aussi voir les prochaines randonnées que nous allons faire…pour celles qui montent, on aurait préféré ne pas les voit ! On ira voir des geysers aussi ! merci maps.me ! on sera les seuls à les voir car personne ne sait qu’il y en a au bord de la rivière.

Après 4h de marche au soleil on arrive au lodge de Llahuar, c’est la première chose qu’on voit car il est perché sur la montagne. Il y a plein (que) de français. On va s’installer dans le jardin pendant que la femme de ménage prépare notre chambre puis après avoir rangé nos affaires et mis nos maillots on ira faire trempette dans les bains d’eau chaude devant la rivière. C’est vraiment sympa !

Après une heure on ira manger puis voyant le gros groupe revenir des bains on décide d’y retourne. En arrivant on voit un couple qui baise dans un des bains !! c’est dégeulasse !!! je leur dis de se calmer que c’est trop dégeu ! Les gens sont vraiment égoïstes…ils avaient l’air vraiment cons…. On se met dans le dernier bain du coup. Il y a un jeune qui voulait rentrer dans l’eau aussi…du coup il vient avec nous. On discute en espagnol. A la fin il nous dira qu’il est allemand. On rigolera car il était brun aux yeux bleus…pas le profile type de l’allemand ! D’autres jeunes sont arrivés entre temps, des français. Quand l’allemand part on va dans le bain du milieu puis on se met à discuter avec les français. Ils sont super sympas. Deux autres françaises arrivent et se joindront à la rigolade. Au bout de trois heures quand même, et quand on commence à faire déborder l’eau tellement on est nombreux dans les bassins, je décide de sortir, et Quentin me suit. Il fait encore bon dehors du coup on se cale au soleil puis quand la nuit tombe on rentre dans notre cabanon et on y restera jusqu’au repas.

Le repas sera assez simple. On partagera une table avec deux jeunes néerlandais très gentils. Après ce repas pas copieux du tout et super cher nous irons au dodo.

Bon, 6h00, c’est l’heure de se lever. Visiblement nous ne sommes pas les seuls à nous lever tôt ! Presque tous les gens sont debout à préparer leurs affaires et à monter pour le petit déjeuner. Tous le monde semble aller au même endroit, sauf nous ! On prend le petit déjeuner sur une grande table et les deux filles d’hier, Julie et Margot se joignent à nous. Elles sont vraiment très sympas (toutes deux des consœurs de Quentin (une gynéco et l’autre dermato)). On discute puis c’est l’heure pour elle de partir. Nous on redescend boucler nos sacs puis on se met en route dans le sens opposé de tout le monde. Le type de l’auberge me dit que nous en aurons pour 4h ! On pensait en avoir que pour deux heures…pas cool… Il est 7h30 et le soleil commence à réchauffer les montagnes. C’est trop difficile ce matin ! On a un gros dénivelé ! Personnellement j’en chie ! Quentin ne le montre pas mais moi je souffle tellement comme un bœuf que j’en ai les lèvres gercées ! On aura une grosse montée pendant un peu moins d’une heure puis ça se calmera. On continuera à flanc de montagne. On aura une vue magnifique sur le canyon. A un moment on arrivera à un autre village fantôme puis à un village habité. On traversera un pont et on commencera à se perdre dans les cactus pendant quelques minutes avant de retrouver le bon chemin. Il fait super chaud, je ne me sens pas au top. J’ai envie d’avancer plus vite mais je galère trop. A partir de ce moment-là je serai une plaie ! Je devrai m’arrêter souvent à cause de vertiges et de fatigue. La nouvelle montée est super hard elle aussi.

On arrivera finalement au « village » de Fure trois heures plus tard, complètement lessivés ! Le but de cette étape c’est d’aller voir une cascade à encore trois heures de marche aller-retour…on se garde ça pour l’aprem.

On rencontre la petite famille qui nous accueille. Ils sont trois : un couple et une petite fille de moins de deux ans (je suis rodée maintenant, depuis que je suis tata !). Ils ont l’air vraiment très gentils.

On se cale sur leur terrasse qui fait face au canyon. On en a chié mais on ne regrette pas, c’est magnifique ! On jouera au scrabble puis au milieu de la seconde partie un type arrivera et s’installera. On lui dit de prévenir les gens mais il nous répond qu’ils savent qu’il vient…étrange…on a croisé personne sur la route. En fait il nous explique qu’il revient des cascades !! Là on hallucine ! Le mec est parti presque en même temps que nous et a eu le temps de faire l’aller-retour aux cascades, avant midi ! On est choqués ! Il vole ce n’est pas possible. Il nous explique qu’il est super rapide (ouais ça c’est clair !) et qu’il a tout fait en 4h…bon là j’ai les boules. On discute puis Natalia, notre hôte vient nous servir le déjeuner. Après il partira et nous…on ira se reposer…

Vers 14h on décide d’aller faire la rando pour voir la cascade. Pareil, trop trop beau. C’est même plus impressionnant que tout ce qu’on a vu avant dans le canyon. On voit les montagnes, c’est verdoyant, c’est haut ! Splendide ! On marche pendant un peu plus d’une heure puis on arrive à la cascade. Le type nous avait dit que c’était bof mais nous on trouve que c’est super beau ! La cascade est bloquée entre deux flancs de montagne super hauts, c’est top ! On restera quelques minutes à la regarder puis on rebroussera chemin.

Trois heures plus tard on sera de retour. J’ai trop mai à des endroit improbables, comme si j’avais fait un cours de fitness super hard à Sonia (notre petit délire de chaque été quand la prof arrête ses cours, je deviens sa prof et je la fait souffrir). On va se doucher…la douche est électrique du coup ça veut dire petit filet d’eau pas très chaud. Je n’ai pas envie de me doucher mais Quentin me dit que c’était pas horrible. J’y vais quand même et en réduisant le filet à un micro filet d’eau j’arrive à avoir de l’eau brulante ! oui, c’est toute une technique ! Comme il est super tôt on décide de glander : moi je fais mon blog et Quentin lis le livre que je suis sensée lire avant de le donner à Sonia mais je pense qu’il va devoir me raconter l’histoire parce qu’à raison de deux pages par jour je pense que je ne l’aurai jamais terminé à temps !

Ensuite c’est l’heure du dîner. On a décidé de manger dans l’auberge. Flemme de manger des sandwiches et elle nous a dit qu’elle avait de l’alpaca ! En plus c’est moins cher qu’hier du coup on en profite ; et ce n’est pas plus mal pour eux parce que nous sommes les seuls clients, presque personne n’a l’air de venir ici, les gens ne passent pas assez de temps dans le canyon.

Natalia nous a préparé une soupe avec le bouillon d’alpaca et après elle nous apporte une plâtrasse de pates bien préparées avec des émincés d’alpaca, et en dessous, des frites évidemment ! Quentin dévore son plat comme si ça faisait des jours qu’il n’avait pas mangé ! je lui refile mon alpaca, c’est trop fort comme viande pour moi. On termine le repas avec un thé brûlant qui nous réchauffe bien puis on va terminer le film des Monty Python sous la couette avant de faire un gros. Dodo.

La nuit a été un peu agitée ; il y a eu beaucoup de vent dehors du coup ça faisait trembler la taule du cabanon.

On se lève tôt, prépare nos sacs puis on va petit déjeuner. Natalia nous a préparé des crêpes ! Ils ont l’air d’aimer ça au Pérou ce n’est pas possible !

Après le petit déjeuner on part pour notre avant dernière étape. On devrait en avoir pour 3-4h de marche.

On longe la montagne, c’est trop beau, mais ce n’est pas super facile. Il y a des portions qui montent pas mal ! On arrive près d’un village, là on voit les touristes que partent de Llahuar et qui vont soit à Sangalle comme nous soit à San Juan. La route paraît plate mais en fait elle grimpe doucement et on le sent bien dans nos jambes ! On voit tous les chemins que nous avons empruntés depuis le premier jour et surtout le chemin horrible qui nous attend demain… je vais en faire des cauchemars je pense !

Quentin a repéré un autre chemin pour aller dans l’oasis. Comme il est tôt on continue la route au lieu de descendre. Il a eu raison, on verra les plus belles vues du canyon en rallongeant notre route d’une heure. Des terrasses et une sorte d’amphithéâtre de cactus. On passera dans un village pour se reposer, le village de Malata. On trouvera une petite boutique pour acheter de quoi manger ce midi et ce soir (pas envie de dépenser une blinde pour pas grand choses comme à Llahuar). On décide de s’avancer un peu et de manger devant le point de vue sur le canyon. C’est plutôt pas mal !

Après notre déjeuner de sandwiches tomates, pain tout dur et avocat on reprend la route. C’est superbe ! on voit l’oasis ! On voit les hôtels de touristes avec leur piscine mais aussi en plein milieu de la roche une chute d’eau avec plein de plantes autour, comme une forêt tropicale à un endroit bien précis. C’est vraiment chouette. On traverse un pont en plein milieu de canyon, la rivière a une belle couleur et les montagnes sont jaune. Très belle étape.

On arrive au lodge que nous avions réservé via l’agence à Arequipa. La piscine est trop belle, on se jettera dedans après avoir eu la clé de la chambre. Par contre le personnel n’est pas très aimable et on a une chambre en plein milieu des travaux d’extension du lodge…

On glandera bien 3h devant la piscine à se dorer la pilule. On sera seul pendant un long moment puis ça sera l’arrivée massive de touristes français ! que des français ! Comme ils ne sont pas très polis on ne leur adressera pas la parole.

Le soleil se couche plus vite de ce côté du canyon du coup vers 15h30 on se rhabille puis on glande devant la piscine, en pull cette fois.

Après ça on mangera dans notre chambre et on ira se coucher ultra tôt. Demain réveil à 3h30 pour faire les 4h de montée…ça a l’air tellement difficile que je préfère qu’on parte tôt pour éviter de louper le bus.

Réveil à 3h45 ce matin…j’ai rêvé toute la nuit de la montée qui nous attend. On prend notre petit déjeuner dans le noir puis on part, dans le noir, à la frontale.

On pensait être les seuls mais pas du tout ! On sera des dizaines à se lever aux aurores ! On commence à grimper, ça va…puis ça ne va plus assez vite en fait ! C’est horrible ! je vais à deux à l’heure ! Quentin avance un peu plus vite mais tranquillement. On se fait doubler par tout le monde. Je ne sais pas à quoi les gens carburent mais c’est efficace !

La montée est horrible, on voit le soleil se lever au-dessus des volcans et des montagnes c’est superbe. Je suis quand même contente d’avoir fait la moitié dans le noir car ça donnait le vertige…

Je dis à Quentin d’aller plus vite et qu’on se retrouve au bout. Je galère vraiment trop. Je dois marcher à 1km/h. Au moins je ne transpire pas, faut voir le bon côté des choses 😀

Un peu moins de trois heures plus tard j’arrive finalement en haut. Quentin m’attend avec une barre de céréale d’anniversaire. Je suis au bout de ma vie mais on n’a pas encore terminé, il reste bien 20min avant d’arriver sur la place. Du coup je mange ma barre en marchant et on se casse ! Les gens restent tous en haut à bavarder, on ne comprend pas trop pourquoi, il fait ultra froid !

Sur le chemin on passe devant un petit café sympa qui a l’air de faire du sucré. Quentin veut qu’on s’y arrête pour fêter mon anniversaire. Du coup ça me va : chocolat chaud et gâteau au chocolat ! Bon le chocolat chaud était sûrement à 90% de cacao…mais le gâteau était bon. On met trop de temps à se réchauffer tellement on avait froid pendant la montée. Mais avec le sucre ça va mieux 😀

Après ce bon petit déjeuner on part récupérer nos affaires et on en profite pour se doucher dans l’auberge. Le type est sympa il nous laisse (en même temps on a payé une blinde la nuit et la consigne). On se dépêche car on est sensé avoir un bus dans la demi-heure…mais finalement ça sera plus dans l’heure ! On attend le bus au soleil. C’est un mini van qui nous prend avec d’autres jeunes (des français…encore !). On passe devant des paysages à couper le souffle, on fera un arrêt photo puis il s’arrêtera pour que les gens aillent dans des termes. Pas notre truc du coup on attendra pendant une heure. Le chauffeur s’arrêtera dans un restau de touristes super cher mais on refusera de manger et on lui demandera de nous amener à l’arrêt de bus car nous avons une connetion. Il est sympa il nous dépose. On dépose nos sacs puis on va manger dans un petit restaurant pas mal à deux pas en attendant.

On a un gros bus pour aller à Puno. Il est pas mal. On fera des arrêts pour voir les volcans et des lacs. C’est plutôt cool car ça permet de prendre l’air, le trajet étant super long.

On arrivera à Puno vers 21h complètement crevés. On ira se coucher directement en arrivant dans notre chambre.

Lac Titicaca

Ce matin on part en excursion sur le lac Titicaca. On ne sait pas trop à quoi s’attendre mais on a lu un peu partout que le côté péruvien était très touristique et que du coup ça ne paraissait pas très authentique.

On vient nous chercher à l’hôtel puis on monte dans le bateau.

Pour la petite histoire, vous verrez écrit « Titicaca » et « Titikaka ». Titicaca signifie le puma gris et Titikaka signifie le puma de pierre. On parle de puma parce qu’avec une grande imagination on remarque que le lac à la forme d’un puma qui mange un lapin. Le Lac Titicaca est le lac navigable le plus haut du monde; c’est un parc national de 36180 hectares à une altitude de 3812m. Il sépare le Pérou de la Bolivie (on y retrouve la Isla del Sol et la Isla de la Luna). Le Pérou détient la majeure partie du lac.

Le nom de Titicaca fait bien rire tout le monde et les gens s’amusent à dire que pour les Péruviens Titi représente le Pérou et Caca (qui signifie comme en français) représente les Boliviens. Les Boliviens vous diront l’inverse 😉

L’embarcation ne va pas très vite, ça permet de regarder le paysage (un peu monotone) ou de s’endormir, au choix !

Au bout de trente minutes nous arrivons aux îles flottantes d’Uros. Ce sont les plus proches de Puno. Elles sont accessibles à moins de 30min de bateau du port. Vous verrez comment ces familles vivent sur des constructions flottantes faites avec une sorte de roseau. Il y a une quarantaines d’îles. Les habitants ont commencé à réaliser ces constructions lors de la conquête par les espagnols. Les habitants parlent l’espagnol et l’aymara.

On voit que les gens vivent du tourisme ici ! Ils nous expliquent quelques trucs sur le lac et sur leur façon de vivre, puis on nous montre une maison et après on nous harcèle pour qu’on achète des trucs ou fasse des tours en bateau…honnêtement ça nous soule ! mais on est content d’avoir vu les constructions car il y a de nombreuses familles qui vivent ici et ce ne sont pas tous des marchands de tapis.

Deux heures plus tard on reprend le bateau et après deux heures de navigation à comater on arrive sur la jolie île de Taquile.

Cette île se trouve à deux heures de navigation de Puno. Elle est très jolie. « Le point culminant de l’île se situe à 4 050 mètres au-dessus du niveau de la mer, et son village principal est à 3 950 mètres d’altitude. On trouve des ruines pré-Incas sur la partie la plus haute de l’île, ainsi que des terrasses agricoles sur les coteaux. »Quand le temps est dégagé on arrive à voir les sommets de certaines montagnes en Bolivie et la Isla del Sol. Les habitants ont une culture propre; on le voir très bien à leur tenue vestimentaire. Autrefois l’île servait de prison durant la colonisation espagnole et encore après.

Une fois amarrés on devra grimper super haut pour arriver au village. Bizarrement je vais super vite et même plus vite que tout le monde ! merci les globules rouges ! j’aurais bien aimé aller aussi vite hier moi !

On verra des personnes habillées avec des vêtements traditionnels encore différents de ce que nous avons pu voir jusqu’à présent. Les hommes portent des chapeaux : un blanc et rouge qui signifie qu’ils sont célibataires et un rouge brodé qui signifie qu’ils sont mariés.

On mangera de la truite dans un restaurant sur la place principale. Depuis la terrasse on verra la Bolivie et les cultures en terrasses.

Après le repas on repart vers le bateau. Fin de la visite des îles. Par contre le bateau nous déposera (seulement nous deux) sur la péninsule de Luquina. Ce soir nous dormons dans une famille pour voir un peu la façon de vivre sur le lac Titicaca. Nous sommes accueillis par Gladis, petit bout de femme en robe traditionnelle qui nous accueille souriante au coucher du soleil. On part tous les trois chez elle. Le village est minuscule et les maisons font toutes face au lac. On voit des champs avec des moutons et des ânes.

On arrive chez elle. Son mari Armano nous accueille avec un grand sourire. On nous montre notre chambre. Elle est immense et très jolie avec une salle de bain privée. La petite famille à trois enfant en bas âges et la mère d’Armano vit avec eux. On nous dit que d’autres touristes arriveront et que dans 45 minutes on ira voir l’école ou marcher. Rien de tout cela n’arrivera…on s’ennuiera un peu. Au bout d’une heure on décide de sortir. On voir la grand-mère qui ne nous dit rien, Armano qui rentre les brebis et rien de plus. On retourne dans notre chambre super déçus d’être venus. On se dit que si personne ne nous parle bin tampis ça nous fera un moment pour se reposer ! Finalement Gladis viendra nous demander de l’aider à cuisiner les légumes pour le repas du soir. On est contents on fonce ! Il y a Gladis, don mari et la mère d’Armano. Comme personne ne parle en espagnol (ils se parlent entre eux en Aymara…) je décide de lancer la conversation. On apprend qu’ici les gens se marient tôt et ont des enfants tôt.

Après l’épluchage des légumes on nous dit en gros de retourner dans la chambre et on viendra nous chercher pour le repas…bon on y va…

Une heure plus tard on vient nous chercher mais la mamie a disparue, elle ne souhaite pas dîner avec nous (sympa !). Du coup on sera tous les quatre. Même scénario : je pose les questions et on me répond. On leur demandera un peu comment ils vivent, s’ils viennent d’ici etc. Gladis vient de Uros et nous explique qu’ils ont dû attendre qu’elle ait 19 ans pour qu’ils se mettent ensemble. Pour Armano c’est différent, il vient de Luquina et les gens l’embêtait car il n’était toujours pas casé après ses 15 ans ! C’est drôle de voir comment les gens vivent alors qu’ils sont si proches les uns des autres.

Après ce repas on va se coucher (il est 20h 😀 ), on a rien de mieux à faire !

On nous a convié pour le petit déjeuner à 8h du coup on se prépare et on y va. La mamie se barre en nous voyant…cool. Ils nous préparent des sortes de beignets que nous mangerons avec du sucre et de la confiture. Il y a des œufs durs et du jus de fruits chaud.

Rebelotte, je fais la conversation. Armano nous explique beaucoup de choses sur la vie ici. On se croirait en Europe il y a plus de 5O ans. Il nous explique les différentes cultures sur le lac, les différentes coutumes, langues etc. C’est sympa, il connait plein de choses. Par contre on se rend vite compte que Gladis ne connait rien du tout ! elle n’est jamais sortie du lac et ne sait même pas qui est Picasso. C’est assez triste finalement surtout qu’elle est jeune, elle n’a que 25 ans (et lui 34).

On nous demande de partir après le petit déjeuner puis on viendra nous chercher plus tard pour les aider.

La première chose que nous ferons (après avoir attendu très longtemps) sera de sortir les brebis. Il faudra leur attacher une corde à la pâte et les amener dans le champ où nous les attacherons à des piquets. Après cette activité rebelotte, on attend dans la chambre puis on vient nous chercher. Gladis voudrait que l’on trie des patates déshydratées. En cas de sècheresse ils gardent ces patates pour se nourrir. Elle nous explique qu’ils peuvent les garder pendant 5 ans ! On apprend plusieurs choses sur elle et sur la vie dans les Uros. Elle nous parle de sa famille. C’est sympa mais ça ne durera pas longtemps. On retera seuls pendant deux heures à trier les patates puis elle nous dit d’aller nous balader pendant une heure avant de déjeuner.

On va faire un tour. L’île est jolie, on voit la côte c’est sympa. Après quarante minutes on retourne chez nos hôtes. Le repas est presque prêt. On met la table puis la mamie se casse. On nous servira un plat énorme avec des légumes originaux et de la truite du lac qui est très bonne. Je referai la conversation puis après le repas on ne fera rien jusqu’au départ vers 15h.

Au moment de partir je leur demande si je peux les prendre en photo. Cette fois c’est Armano qui nous accompagne. Il nous parle de plein de choses, il est très cultivé. Du coup c’est ce moment-là que j’ai préféré. Cet échange pendant une heure en attendant le bateau où il nous racontait sa vie, la vie des gens, la vie au bord du lac.

Le bateau arrive, on le salue puis on monte en laissant la place à deux autres françaises. On aura plus d’une heure de bateau avant d’arriver à Puno. On verra le coucher de soleil et on essayera de se convaincre que c’était une belle expérience même si on s’est pas mal ennuyés.

Aujourd’hui on ne fera rien de spécial jusqu’à cet aprè-midi où nous décidons de partir en excursion au site de Sillustani.

Voilà une très belle découverte à moins d’une heure de Puno. Il s’agit d’un beau site archéologique pré-Inca au bord du magnifique lac Umayo.

On y découvre des tombes dans lesquelles se trouvaient des momies (que l’on peut observer au musée de Puno). Ces tombes, aussi appelées Chullpas, ont été initialement bâties pas le peuple Qolla. Ces derniers ont été conquis par les Incas. Au lieu de détruire ces tombes, les incas ont continué de les bâtir et en ont construits d’autres selon le même modèle mais avec leur façon de faire. Les Qollas les construisaient en assemblant des petites pierres trouvées sur les rives du lac avec de l’argile, tandis que les Incas assemblaient de gros blocs de pierres carrés avec de l’eau. Toutes ont une forme cylindrique et la plus haute fait 12 mètres.

Depuis le site on peut admirer le lac et une grande île en son centre: la Isla del Sol (à ne pas confondre avec l’île sur le Lac Titicaca!). L’eau est d’un bleu nuit profond c’est splendide!

En allant sur le site la route est aussi très belle. On y découvre des maisons traditionnelles. On a eu la chance de pouvoir en visiter une.

Après cette belle sortie on rentre et on ne ressortira pas avant demain.

Bin aujourd’hui on aura fait que bouffer et glander 🙂

Train Puno-Cusco

Après un réveil super tôt et un copieux petit déjeuner, nous partons à la gare prendre le super train qui va à Cusco. On s’est offert ce luxe pour nos anniversaires.

La salle d’attente met de suite dans l’ambiance, elle est grande et des serveurs en costumes nous offrent du thé.

Vers 7h30 on embarque (on devait partir à 7h…la ponctualité péruvienne !). Il y a pas mal de monde. Le train est super joli, on se croirait dans les années 30. On a de la chance on a une table pour nous deux avec une fenêtre.

Le train part et là on aura un défilé de superbes paysages pendant 11 heures. Au cours du voyage on aura droit à des collations, un repas plutôt pas mal, un goûter, et le must, un groupe de musique avec une jeune femme qui dansent un peu toutes les danses traditionnelles péruviennes.

Le voyage se passera plutôt bien, c’est bien plus confortable que le bus !

11h plus tard on arrive à Cusco. On prend le taxi pour aller au Airbnb. La fille qui nous accueille est un peu speed mais sympa. L’appartement est très froid…

On ne fera rien de spécial à part laver notre tente (à cause de la Nouvelle Zélande et de ses restrictions…). Comme on a mangé toute la journée on ira se coucher suffisamment remplis ! Demain Sophie La Girafe arrive, on a trop hâte !

Cusco

Ce qui est bien dans la location d’un appartement c’est qu’on peut cuisiner. Ce qui est genial dans la location d’un appartement qui a une cuisine c’est qu’on peut faire des crêpes ! Du coup, après un petit tour au super marché du coin on rentre tout guillerets avec de quoi se péter le bidou 😀

La matinée ayant bien commencée on se prépare tranquillement puis après deux parties de scrabble, notre Girafe d’amour, Sophie, arrive enfin !

Je lui saute dans les bras, je verse quelques larmes, on manque de se faire un smack avec l’émotion puis Quentin prend la relève. On est trop contents de se retrouver. Elle nous raconte ses aventures des dernières 24h puis on décide d’aller manger dans le coin. Ce midi ça sera ceviche. Le restau ne paye pas de mine mais c’était très bon. On a pu faire goûter à Sophie trois ou quatre spécialités en un repas JCe qui est bien c’est qu’elle n’est vraiment pas difficile du coup on peut lui faire goûter n’importe quoi !

Après ce bon repas on décide d’aller se promener en ville et de prendre des renseignements pour les jours à venir. On arrive place des armes, c’est encore plus beau que dans mes souvenirs. Il fait super beau.

On se fait racoler par un type pour faire le free walking tour que nous souhaitions faire demain. On décide de le faire de suite. On sympathise avec une famille de brésiliens qui fera le tour avec nous aussi.

Le tour nous amènera dans des endroits bien chouettes ; le premier étant une chocolaterie 😀 On ira dans plusieurs petites rues pittoresques et des belvédères. Après cette belle balade de deux heures on ira se promener dans des rues qui nous avaient bien plus et puis on ira se chercher un restaurant pour dîner. On aura de la chance on en trouvera un bien cosy où tout sera très bon, dommage que je n’ai rien pu avaler (trop mal au ventre).

Après ça on reprendra un taxi et on foncera au lit !

Après un bon petit déjeuner de crêpes maison on prend le taxi pour visiter la belle Cusco. On se fait déposer place des Armes.

Pour la petite histoire, c’est la place principale de la ville. Il y a de nombreuses boutiques assez chères, des restaurants, des banques. Mais on apprécie surtout les beaux bâtiments à l’architecture coloniale avec les balcons en bois sculptés, ainsi que la Capilla del triunfo (entrée 10 soles) et la iglesia de la Compañía de Jesús (entrée 30 soles ! hors de prix !).

Le lieu où se trouve la Plaza de Armas de Cusco était autrefois une zone marécageuse qui, à l’époque des Incas, a été asséchée et transformée en un centre administratif, culturel et religieux de l’empire Tahuantinsuyo, Après la conquête par les Espagnols, les anciens bâtiments et fondations des palais et bâtiments Incas furent recouverts de constructions plus récentes. Tels que des temples et des manoirs.

Cette place a une grande importance pour les habitants. En effet, c’est sur cette place que José Gabriel Condorcanqui Noguera (Tupac Amaru II) a été exécuté le 18 mai 1781.

Le vrai nom quechua avec ce qu’on appelait l’actuelle Plaza de Armas de Cusco, à l’époque des Incas, est toujours inconnu. Il prit la tête d’un grand mouvement de rébellion indien contre les colons espagnols

Cette place était le noyau administratif, culturel et religieux de la capitale Tahuantinsuyo, l’un des plus grands empires d’Amérique et du monde. Ce sera la plus importante des révoltes anticoloniales survenues dans l’Amérique espagnole au cours du xviiie siècle. Cette révolte, surnommée « Grande Rébellion », eut lieu dans la vice-royauté du Pérou et dans la vice-royauté du Río de la Plata (subdivisions de l’Empire espagnol) et fut déclenchée le 4 novembre 1780. Il fut le premier à réclamer la liberté pour toute l’Amérique et à vouloir l’affranchir de toute tutelle. Le mouvement échoua et Túpac Amaru II sera publiquement écartelé et décapité en 1781 à Cuzco. Cependant, il devint par la suite une figure mythique de la lutte péruvienne pour l’indépendance et pour la reconnaissance des droits des indigènes, et sera reconnu comme le fondateur de l’identité nationale péruvienne

 

De là on décide d’aller visiter les deux grosses églises de la place, on nous a dit qu’elles étaient gratuites avant 10h mais manque de bol on n’a pas le droit d’entrer pendant les messes… du coup on décide d’aller visiter le musée Inka. C’est très intéressant. Avec Sophie on s’incruste dans un groupe qui a un guide qui parle en français 😀 Puis on décide de les abandonner parce qu’il parle beaucoup trop !

Deux heures plus tard on retourne sur la place et on retente la visite des églises. On hallucine sur les prix pour visiter et du coup on décide de ne pas se laisser tenter car c’est vraiment trop cher pour ce qu’il y a à voir dedans !

On décide du coup d’aller visiter le beau quartier de San Blas avec des ruelles pittoresques. Elles sont très petites et lorsque les voitures s’engouffrent dedans on doit presque se coller aux murs ! Les rues montent et descendent dans tous les sens et offres de superbes vues sur les montagnes environnantes et les toits des maisons. Il y a de nombreuses boutiques en tout genre, de nombreux cafés bobos, des restaurants et des marchés typiquement péruviens. On passera par une jolie place où des dames en tenues traditionnelles tenteront de nous faire prendre des photos avec des lamas ou des alpacas pour quelques soles. On aura la chance de voir une sorte de processions avec des musiciens et danseurs dans des tenues folkloriques. On les suivra un bout de chemin avant de nous retrouver au marché San Blas où nous iront déjeuner. C’est un jolie marché alimentaire couvert où les gens servent des plats typiques bon marché très savoureux. Sophie se laissera tenter par le ceviche et Quentin et moi prendrons un plat du jour avec une soupe pleine de nouilles et de légumes, puis deux gros plats bien délicieux. Comme ils ont une section jus de fruits qui nous fait très envie on s’arrêtera prendre un jus et une salade de fruits que nous partagerons.

On reprendra notre visite en dévalant les ruelles dans le désordre, en choisissant un peu au pif notre direction. Cela nous mènera dans des endroits très sympa, notamment à un très beau point de vue donnant sur toute la ville. On entrera dans de nombreuses cours pleines de charme. L’une étant située dans un hôtel de luxe ; les balcons étaient en bois massif sculpté, c’était vraiment magnifique !

Après cette belle balade nous continuons notre route pour aller visiter l’église et le couvent Santo Domingo ; mais sur notre route nous voyons qu’il y a un autre endroit juste à côté qui pourrait être intéressant : Palacio Inka del Kusikancha. Il s’agit d’un lieu où vécu le plus remarquable gouverneur incas de l’empire Tawantinsuyo : Pachakuti Inka Yupanti (1430-1478). Durant l’époque Inca, ce palais faisait partir intégrante du Qurikancha (temple des Dieux universel) et pris la fonction sacrée de servir de « demeure des momies réelles des Incas». Durant la colonisation et la république, ce temple fût occupé par de nombreuses familles de la ville. Désormais on peut seulement y voir des vestiges de construction Incas.

Après cette petite visite, on arrive enfin au couvent Santo Domingo ou Q’orikancha (Temple du Soleil). Le Q’orikancha est le monument inca le plus important de la ville de Cusco. L’église et le couvent espagnol ont été construit ssur les ruines d’un ancien temple inca : le temple du Soleil ou Q’orikancha. Lors du tremblement de terre de 1650, la plupart des murs hispaniques furent détruits alors que les murs incas restèrent intacts. L’intérieur abrite de nombreux restes du temple Inca, dont les murs étaient inclinés pour résister aux séismes. Il est dit que jusqu’à 4 000 prêtres vécurent dans son enceinte et les murs étaient entièrement recouverts de feuille d’or, comme représentation du Dieu du soleil. Ses richesses époustouflantes (pierres précieuses, argent et or) furent dérobées par les conquistadors espagnols lors de la conquête de la ville en 1534. Le temple Inca fut remplacé par le couvent Santo Domingo, afin de démontrer la suppression de l’ancien culte Inca.

Après cette jolie visite on décide d’aller se prendre un goûter dans la boutique de chocolat où nous étions passés hier avec le walking tour. Grosse déception, ça sera cher pour pas grand-chose en bouche ! On repartira déçus et fatigués à l’appartement. On se reposera avant d’aller dîner dans un restaurant à quelques pas. Demain on doit se lever très tôt pour aller faire une excursion à Vinicuanca.

Il est 5am, on part de l’appartement pour aller attendre le combi qui doit nous amener voir la belle montagne Vinicunca. On ne sait pas qui vient. Nous chercher et on n’a aucun moyen de les joindre…du coup on part avec un peu d’appréhension en se disant qu’on risque de se voir poser un lapin. C’est le type du walking tour qui nous a arrangé la sortie pour un bon prix mais il ne m’a jamais transmis les contacts de l’agence…

On va au point de rendez-vous. Il fait noir et froid. On attend une demi-heure puis un type nous appelle. C’est bon on y va ! Deux minutes plus tard il est là et on monte dans le combi.

On aura deux heures avant d’arriver dans un bled paumé pour prendre le petit déjeuner. On est nombreux mais ce n’est rien comparé à ce qui nous attend ! Les deux guides nous expliquent comment ça va se passer : on a encore une heure de route puis on devra marcher à plus de 4000m d’altitude pendant plus d’une heure pour arriver au montage arc-en-ciel. Une fois en haut on aura un peu de temps pour faire des photos et admirer le paysage. La fille nous dit qu’il y aura plus de 1000 personnes !

Du coup après le petit déjeuner c’est reparti pour une heure de combi mais cette fois c’est sur de la piste puis sur une nouvelle route avec pleins de virages. Le paysage est super beau ! On est dans un beau canyon. On voit des petits hameaux, des cultures de patates, des lamas et des alpacas. Les montagnes sont très belles, on voit de la neige sur l’un des sommets qui est à plus de 6000m.

On arrive enfin au parking…on voit des tonnes de combi et des milliers de gens ! Il y a un service de cheval aussi. C’est super beau de voir ces chevaux et les habitants en tenue traditionnelle devant un tel paysage !

On entame la randonnée à toute vitesse parce qu’on a trop envie de faire pipi ! Au bout de quinze minutes on se soulage les vessies puis on reprend la marche à une allure normale. On a de la chance il fait super beau et on n’a pas froid du tout ! On profite des paysages. Les couleurs des montagnes sont extraordinaires ! Le chemin commence à monter et avec l’altitude je galère. Sophie prend son temps aussi car elle a peur d’avoir le mal de l’altitude. Quentin lui, a son rythme de croisière et doit nous attendre de temps en temps ce qui lui permet de faire des pauses. Je les laisse partir tous les deux car je commence à vraiment bien galérer.

On finit par arriver au bout. On a une vue imprenable sur deux canyons c’est tout simplement à couper le souffle. Derrière nous se dresse la fameuse montagne arc-en-ciel. C’est devenue la seconde attraction la plus visitée du Pérou après le Machu Picchu. Elle culmine à plis de 5200m d’altitude et se situe dans la région de Cusco. Ses différentes teintes sont dues aux minéraux qui la constituent :

  • le souffre qui donne la couleur jaune,
  • l’oxyde de ferpermet d’obtenir le rouge 
  • le sulfate de cuivre pour la couleur verte.

De nombreuses populations indigènes vivent dans de petits villages situés dans ces montagnes. Les principaux habitants étant les Quechuas, qui sont les descendants des populations Incas. À l’origine recouverte de neige, Vinicunca a par la suite subi le réchauffement climatique, et dévoilé ses couleurs. Elle a été récemment découverte par un touriste italien ; depuis les habitants de la région ont développé un tourisme de masse autour de cette montagne, nuisant à son environnement. Cependant ce sont les habitants de la région qui gèrent le tourisme et non pas l’Etat. On peut rencontrer de nombreuses espèces dont les lamas, les vigognes, les chevaux et les alpacas. La culture principale est la patate, le Pérou ayant plus de 2000 variétés de patates différentes.

On restera un moment en haut puis commençant à avoir froid, on décide de rebrousser chemin. Deux minutes plus tard on croise la guide qui nous propose d’aller voir la Valle Rojo qui est à côté (façon de parler) car nous avons de l’avance par rapport à d’autres. On est super contents car nous voulions y aller. Du coup on prend le chemin sur la gauche et on commence l’ascension. Pendant une heure ça grimpera encore mais le paysage est trop beau ! On s’étonne de l’absence de bruit. Les milliers de touristes restes sur l’autre montagne ; peu de gens vont de l’autre côté. On arrive au point de vue et là on est émerveillés ! C’est trop trop beau ! La terre est d’un rouge ! On en profite pour faire des photos avant de faire la descente dans un sol très sableux.

On arrive en bas complètement fatigués mais avec des étoiles dans les yeux. On est trop heureux d’avoir eu la chance de pouvoir aller ici.

On reprendra le combi et après un déjeuner copieux on reprendra la route pour Cusco. On arrivera en fin d’après-midi. Quentin étant de nouveau malade on se fera un repas en tête à tête avec Sophie puis on s’endormira à moitié sur un film.

Pisac

Après une belle matinée de glande à l’appartement on prend nos sacs pour aller les déposer dans l’hôtel où nous irons séjourner pour nos derniers jours à Cusco dans une dizaine de jours. On essaye de partir léger les prochains jours.

On galère à trouver un taxi qui veut bien nous y amener pour un prix décent… Finalement un type voudra bien nous amener pour un tiers de ce que les autres demandaient. C’est trop galère en fait pour y aller à cause des routes à sens unique…c’est dans les hauteurs et on n’avait pas trop fait attention. Du coup comme on a eu un peu pitié du chauffeur on lui donnera quelques soles en plus. Notre sac est super lourd et on doit monter des marches ! On galère mais on y arrive. On le dépose puis on décide de faire la route à pied jusqu’au point de rendez-vous avec Sonia et ses Parents (Pascale & Philippe). Il fait super beau, on découvre de nouvelles rues.

On arrive Place des Armes et là on voit plein d’enfant habillés en costumes traditionnels qui font des danses. C’est super joli. On regarde un moment puis on reprend la route. Je suis trop excitée à l’idée de voir Sonia ! On arrive sur la place. Sophie va faire les boutiques puis on attend devant l’église avec Quentin. Une demi-heure plus tard elle est là !!!! Je suis trop contente je cours lui sauter dans les bras ! Enfin je revois ma Soso !

Après ces retrouvailles on va manger au marché pour leur faire goûter les spécialités locales. Les parents de Sonia découvrent l’Amérique du Sud JC’est drôle. Son papa a dû mal à se laisser tenter par les repas typiques par crainte de chopper des trucs ; sa maman est un peu moins difficile. On mangera tous dans le même petit coin du marché de très bons plats puis on ira se promener dans les ruelles. On leur fera découvrir deux hôtels de luxe avec des cours magnifiques que nous avions découverts la veille.

Au bout de deux heures on les laissera sur Cusco ; Sophie Quentin et moi irons prendre le bus pour Pisac, notre seconde destination de la vallée sacrée.

On repasse prendre nos affaires à l’appartement puis on prend un taxi vers l’arrêt de bus. On aura de la chance le combi arrivera cinq minutes après notre arrivée.

On ne mettra qu’une heure et la vue sera très belle !

Une fois à Pisac on va à notre auberge avant de déposer Sophie à la sienne. La fille n’est pas aimable du tout ! elle nous demande plus de sous à cause de la fête de la vierge ! on lui dit que c’est hors de question parce qu’on a fait notre réservation il y a des mois sur booking. Elle n’est pas aimable du tout. L’endroit ressemble à un gros squat de hippies ! Un type arrive et nous demande si ça va, on lui dit non et on lui explique. La fille revient de sa discussion avec son chef toujours aussi aimable, nous demande de payer illico et nous amène à notre chambre. Je crois que c’est un des pires endroits où nous avons séjournés. La douche et les chiottes sont crades. On pose nos affaires un peu dégoûtés. On amène ensuite Sophie dans son palace…par cutiosité je demande le prix de la chambre en me disant que j’arriverai à convaincre Quentin de changer si je demande à mes parents de m’offrir une ou deux nuits comme cadeau d’anniversaire…45USD…bon tampis…on repart tristes dans notre squat de hippies !

On arrive, c’est glauque. On va pour se brosser les dents, la salle de bain est toujours aussi crade et en plus il n’y a pas d’eau ! Je descends ma brosse à dents à la main et je demande à un hippie qui mange dans la cuisine c’est quoi ce bordel ? (je lui demande gentiment 😀 ). Il est aussi de passage et me dit qu’à Pisac ils coupent l’eau (il pense que c’est ça) parce que le niveau de la rosière est bas. Okay…du coup si tu arrives trop tard bin tu pues de la bouche et tu ne peux pas faire caca…cool ! et du coup si tout le monde a envie et que personne ne tire la chasse…beurk… Il est gentil il me donne de l’eau qu’il avait gardé pour le soir pour qu’on puisse se brosser les dents. Je remonte et je raconte à Quentin. Bon, bin on va faire comme ça, demain sera un autre jour !

Ce matin je me réveille de mauvaise humeur, j’ai mal dormi, il y a eu de la musique toute la nuit et ça paraissait encore plus fort car notre chambre donne sur la rue…

Je vais me doucher…les chiottes…la chasse marche de nouveau mais on dirait que les gens ne connaissent pas la brosse à chiotte ! Je déteste les gens égoïstes ! Je vais dans la douche, le rideau pue la mort et l’eau est tiédasse…mon bras touche le rideau ça me dégoûte…je sors de la douche, je vais dans la chambre et quand Quentin se réveille je lui dis qu’on ne fera pas long feu ici !

Il se réveille tranquillement et là j’entends des italiennes et des américaines parler super fort dans le couloir ! Il n’est même pas 8h ! Saletés d’égoïstes ! Je sors et je leur demande de se la boucler ! Elle baisse un peu mais pas trop le ton. Elles sortent et bien sûre, comme elles sont connes elles se mettent à fumer devant notre fenêtre et à parler super fort ! Comme peut-on être aussi conne ? Enfin…c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. J’appelle maman et je lui demande si pour mon anniversaire on pourrait loger avec les filles. Elle est okay du coup on range tout puis après le petit déjeuner avec les hippies et leurs conversations de hippies bobos on se casse ! Entre temps Sophie a demandé s’ils avaient encore une chambre dans son hôtel pour nous et par chance il leur en restait une ! Trop contente on y va et on retrouve Sophie qui se marre en nous voyant débarquer J

Les gens de cet hôtel sont super gentils. Notre chambre est prête et elle est trop belle ! On a de l’eau chaude !!! Même le soir !! La fille rigole quand je lui demande. On s’installe puis on retrouve Sophie. On va à la place principale où Sonia et ses parents nous retrouveront une heure plus tard. A 11h il y a un défilé de danseurs dans leurs costumes traditionnels. On nous a dit qu’aujourd’hui serait le meilleur jour.

Il y a beaucoup de monde sur la place et des stands avec des plats typique dont le cochon grillé. On fait un petit tour puis on va chercher un bon spot près de l’église. Les gens commencent à arriver. Au bout d’une heure Sonia et ses parents nous retrouvent et la fête commence : défilé de gens en costumes, procession etc. C’est super ! On regardera le spectacle pendant deux bonnes heures puis on ira se promener dans les ruelles. Il y a de belles dames qui tissent dans les rues.

On voit un endroit sympa où on peut manger du cochon rôti, du poli rôti, et du cochon d’inde ! Les parent de Sonia hallucine c’est drôle. On se trouve une table puis on nous dit qu’en fait on ne peut pas manger ça car c’est pour le marché…du coup on décide d’aller manger des trucs sur la place principale. Les parents de Sonia ne sont vraiment pas emballés par les plats mais nous si. Du coup ils partent tous les quatre avec Sonia et Sophie puis Quentin et moi irons nous régaler avec des plats typiques sur la place avec les locaux. On se retrouvera un peu plus tard pour voir la seconde partie de la fête : les danses traditionnelles sur la place des armes. Une fois encore c’est très animé et très joli à voir. On passera un super moment puis on ira faire un tour au marché artisanal avant de se prendre un chocolat chaud et des gâteaux excellent dans une petite pâtisserie trouvée par hasard. Après ce super goûter très tardif on s’achète quelques aliments pour le repas de demain midi puis on rentre se reposer avant d’aller manger dans un restaurant sur la place. Après le dîner on ira tous se coucher en vibrant avec la musique qui résonne dehors.

Aujoud’hui nous allons visiter des ruines Incas qui se trouve à quelques pas de la place des armes.

Les ruines de Pisac sont réparties en 4 groupes: Pisaqa, Intihuatana, Q’Allaqasa et Kinchiracay.

A l’époque Inca, le site avait 3 fonctions :

– Militaire: il défendait l’entrée Sud de la Vallée Sacrée.

– Religieuse: les terrasses se trouvant au dessus de la citadelle représentent l’aile d’une perdrix.

– Agricole: des tombes de villageois incas ont été retrouvées pillées à l’arrivée des archéologues

Sur le site vous trouverez la fleur nationale du Pérou la cantuta qui est un arbuste allant de 2 à 3 mètres de haut, appelé aussi fleur de l’Inca.

On se retrouve tous pour le petit déjeuner qui est excellent et super copieux ! Après ça un taxi nous amène dans les hauteurs de la ville pour que nous commencions la randonnée d’en haut ce qui nous permettra de n’avoir que de la descente. On a prévu toute la journée pour se promener mais le chauffeur nous dit qu’en deux heures c’est plié ! On va prendre notre temps ! Les paysages sont à couper le souffle sur la route, on est super excités. Le ciel est couvert mais c’est quand même magnifique. On arrive en haut il y a pas mal de touristes. Le premier site est superbe ! On commence notre shooting photo des uns et des autres et des ruines. On entend des guides parler en français alors on écoute. On voit un sentier qui monte et qui a l’air de nous amener à un beau point de vue. Du coup on se fait notre petite ascension et en effet, c’est magnifique ! On a une vue imprenable sur les deux premiers sites, la vallée et les terrasses agricoles qui sont gigantesques ! Autrefois les gens devaient être autosuffisant c’est pourquoi les terrasses sont aussi nombreuses et grandes. On restera un moment en haut à regarder le paysage et à faire des photos avant de redescendre découvrir le site. C’est vraiment bien conservé on prend vraiment notre temps. Le site archéologique est vraiment grand. On constate que beaucoup de touristes restent sur les deux premières ruines et ne s’aventurent pas à l’extérieur, ce qui est bien dommage car c’est gigantesque et vraiment incroyable ! Au lieu de deux heures comme nous avait dit le chauffeur nous passeront 6h dans le site à tout découvrir et à admirer les paysages ? On s’émerveillera de tout et du paysage.

Après cette superbe ballade on retournera en ville. On passera au marché avec Sonia et sa maman ; Sophie et Philippe rentreront à l’hôtel. On fera des achats que j’essayerai de négocier du mieux que je le puisse. Sonia et sa maman étant trop contente elles nous disent qu’elles veulent nous offrir des gâteaux dans la pâtisserie d’hier…trop bien ! On y va après les emplettes et on passera prendre des bières pour l’apéro que l’on prendra sur la terrasse de l’hôtel. Les gâteaux sont vraiment trop trop bons ! On passera un bon moment à rigoler tous ensemble avant d’aller se doucher et se reposer un peu. Au bout d’une bonne heure on ira manger puis faire un gros dodo !

Urubamba

Quentin a passé une mauvaise nuit, il a été malade et on pense que c’est à cause de sa gourde qui devait être mal lavée depuis l’Equateur… Du coup je me prépare en silence et je vais retrouver les autres au petit déjeuner. Encore une fois on se régale ! Après le petit déjeuner Sonia et ses parents partent faire un tour dans la ville, Sophie va dans sa chambre et moi j’amène son petit déjeuner à Quentin en pensant que ça lui ferait plaisir…mais bon le pauvre n’a pas très envie de remanger.

On se prépare tranquilement puis on va laisser nos affaires à la réception. On passe un appel à nos plus fidèles followers (qui se reconnaîtrons 😉 ) puis on part avec tout le monde en ville visiter un jardin botanique.

Il y a encore la fiesta dans la ville. On arrive au jardin, le petit monsieur qui en est le propriétaire est très discret et ne nous donne que les noms des plantes, du coup je lui demande à chaque fois si elle se mange ou sert à quelque chose. Il en a beaucoup qui ont l’air de servir à se défoncer… intéressant… après j’ai peut-être compris ce que je voulais comprendre 😀 On fait un petit tour, ce n’est pas vraiment intéressant ; ce qui sera intéressant c’est sa collection de patates et de racines ! il en a des centaines c’est drôle. Il avait aussi de très beaux cactus (j’adore les cactus) et certains avant plus de 60 ans.

Après ce petit arrêt fleuri on part avec les filles chercher à manger pour le midi (légumes et poulet rôti). On mangera tranquilement à l’hôtel dans leur cuisine pendant que Quentin fera une sieste au soleil sur un banc.

Après ce bon repas on part à Urubamba, notre nouveau point de chute. Urubamba c’est une ville pas très jolie située à 2800m d’altitude environ. Les gens ne s’y arrête pas spécialement mais c’est un bon point de chutes pour visiter les salines (que nous ferons demain). On prend une petite camionnette. Aucun d’entre nous n’a de place assise du coup on fera travailler nos abdos pendant au moins trente minutes avant de pouvoir nous asseoir. Après une heure de voyage nous arrivons à Urubamba. Les autres descendent avant nous car nous n’avons pas le même logement cette fois-ci, papa et maman ne peuvent pas nous payer de super hôtels tous les jours… 😀

On longe la route, c’est poussiéreux et pas très joli, on cherche le logement puis je me rappelais avoir vu une photo de la façade sur booking. On sonne et la une grande blonde nous accueille…j’attendrai avant de lui demander d’où elle vient 😉 Son logement a une très belle vue sur la montagne. C’est très simple, très péruvien, mais cosy. Ça nous convient très bien ! Il n’y aura que des français ce soir ! On défait nos affaires et on se repose un peu puis moi je vais retrouver les autres dans leur hôtel pendant que Quentin se reposera dans la chambre. Je croise Petra, notre hôte, on discute un peu et elle me dit qu’elle est hollandaise ! il y avait peu de chances qu’elle soit péruvienne… Je longe la route puis je prends des ruelles un peu moins moches pour les retrouver. Leur hôtel est bien plus récent que le nôtre mais je préfère le nôtre qui est plus cosy. On se prend un thé et on planifie notre journée de demain. Les filles voudraient aller voir une boutique de céramique du coup on y va. Urubamba c’est vraiment moche mais on voit plein de petits cafés et restaurants qui ont l’air sympas. On arrive à la boutique, on nous fait regarder une vidéo un peu naze sur la vie des gens qui tiennent la boutique. Après ça on nous dit qu’il y a cinq salles pour faire des emplettes…ce n’est vraiment pas mon style du coup je décide de les attendre dans le jardin ; il y a deux aras super beaux et plein de gros chiens, ça m’occupera bien une bonne demi-heure avant que Philippe me rejoigne car il en a marre d’attendre les filles. Après leurs emplettes on décide d’aller boire un café (et prendre un gâteau…) dans un café recommandé par Petra. On ne sera pas déçu ; c’est super mignon et le chocolat chaud, un régal ! enfin un vrai chocolat !! Après ça je les laisserai dîner seuls, je n’ai pas faim (j’avais aussi mangé une grosse religieuse au chocolat à midi….) et je voudrais rester avec Quentin qui n’est pas au top. Je prends une petite voiturette sur la place et après leur avoir fait à tous un gros bisou je pars retrouver Quentin qui a dormi tout l’aprèm. On regardera un épisode avant de se coucher.

Ce matin on se reveille tranquilement, et on va prendre notre petit déjeuner dans la cuisine où Pétra nous attend. Elle a préparé des confitures maison ! On va se régaler. On manger et on discute avec elle. On en. Profite pour lui demander pourquoi il y a autant de hippies dans la vallée sacrée. Elle se marre et nous dit que c’est parce que les hippies pensants qu’il y a de bonnes ondes ici, ils viennent faire des cures de musicologie, de l’acuponcture etc… bref, des hippies quoi ! Ça nous fait bien rire en tout cas. On termine de se préparer puis on retrouve les autres au terminal de bus. On attendra un combi pour Maras pendant vingt minutes. Les paysages sont superbes ; on voit la cordillère des Andes avec certains de ses sommets enneigés. Le chauffeur nous propose de nous déposer à Moray (notre autre destination). On accepte sans faire attention qu’on se fera arnaquer sur le tarif…bref… On arrive à Moray pour voir le site archéologique.

Ce qui est intéressant avec ce site c’est qu’il s’agit d’un ancien centre de recherche agricole conçu par les Incas, situé à plus de 3500 mètres d’altitude. Pour reprendre wikipedia : « À première vue, le site se présente comme un amphithéâtre principal et de deux secondaires, plus petits à proximité. Ils sont constitués de plusieurs terrasses disposées en cercle concentriques. En fait il s’agissait d’un centre de recherche agricole inca où étaient pratiquées des expériences de culture.

La position des terrasses crée toute une série de microclimats : la température est plus élevée au centre mais diminue ensuite en fonction de la distance de chaque terrasse. Cela permet de simuler une vingtaine de microclimats différents. On pense que Moray a notamment servi à prévoir les rendements agricoles, non seulement dans la Vallée sacrée mais aussi dans d’autres partie de l’Empire inca. Il semble aussi qu’à Moray les Incas tentaient d’acclimater aux conditions locales des plantes exotiques.

Les terrasses sont constituées de murs de soutènement, de terre fertile et d’un système d’irrigation complexe permettant de cultiver plus de 250 espèces de plantes. Le mot moray est lié au champ de maïs, qui s’appelait Aymoray, ou au mois de mai qui s’appelle aussi Aymoray, mais également à la pomme de terre déshydratée qui est la Moraya ou Moray.

Chaque niveau est accessible par un système d’escaliers dont les marches sont directement incrustées dans les murs. Chaque niveau mesure environ 2 m de hauteur.

Un bassin situé en haut du site retenait l’eau nécessaire aux cultures. Des canaux d’irrigation apportaient l’eau sur chaque niveau par l’intermédiaire de rigoles creusées dans la pierre.

Une différence de température moyenne de 5 °C a été observée, alors que cette différence n’est que de 0,5 °C sur des différences de hauteur comparables au même endroit. »

Après notre découvert de cet intéressant site, nous décidons de marcher jusqu’aux Salines de Maras.

Les salines de Maras sont l’attrait principal de la ville. Elles sont situées à plus de 3000 mètres d’altitude. Ce sont des salines qui sont entretenues par les habitants de la ville. Le sel qui est récolté est vendu dans le village et ailleurs, soit par les familles directement soit par la collectivité (il récolte tout le sel et se partage la recette). Les différentes teintes sont dues à l’avancement de la sédimentation dans chaque bassin. Tout est récolté à la main par les habitants eux-mêmes. Désormais il n’est plus possible de se promener dans le site mais il y a des points de vue.

La route est super belle. On a de la chance on ne recevra que quelques gouttes de pluie sur le visage que vers la fin de la balade vers le centre du village où nous irons déjeuner dans un petit restaurant qui ne paye pas de mine. La ville est mignonne. On explore les ruelles avant d’entamer la descente d’une heure vers les salines. Là encore le paysage est superbe : on peut voir les sommets enneigés, la vallée, la cordillère. Au bout d’une heure on arrivera à un point de vue : les salines au milieu de la vallée. On continue la descente vers l’entrée et là la nana nous demande 10 soles ! Ce n’est pas compris dans notre boleto turistico malheureusement. Du coup je serai la seule à visiter le site ; je suis venue pour ça du coup je ne voulais pas passer à côté. Je suis contente car même si on ne peut par marcher dans les salines c’est tout de même très beau. Je remonte toute la côte jusqu’à arriver au point de vue où les autres m’attendent. On se repose un peu (moi surtout) puis on remonte tout ce qu’on a descendu. Une heure plus tard on arrive à trouver une camionnette pour nous ramener à Urubamba. On est crevés, du coup on est silencieux dans le van et on admire le paysage.

Comme il est tôt, on décide de tester un autre café que m’avait conseillé Pétra. Encore une fois on ne sera pas déçus ! Il est vraiment joli et les gâteaux sont excellents. On décide même de revenir dîner ce soir. Du coup après ce bon goûter on rentre dans nos hébergements respectifs puis après le dîner on ira faire un gros dodo !

Ce matin on retrouve tout le monde au terminal, direction Ollantaytambo. Comme c’est bien écrit sur Wikipedia, « Ollantaytambo est une forteresse inca dont le nom signifie l’auberge d’Ollantay, du nom d’un guerrier. Elle fut le siège de combats acharnés entre Incas et Espagnols, Manco Inca s’y réfugiant pour tenter de fédérer la résistance inca après la chute de Cuzco. Elle est située à 75 kmau nord-ouest de Cuzco au Pérou, à 2 792 md’altitude. Elle se trouve au point de jonction de la vallée de l’Urubamba et d’un ravin latéral sur la droite. »

Nous arrivons au village, nous sommes tous émerveillés par sa beauté. Je ne me rappelais pas que c’était aussi joli ! On accompagne Sonia et ses parents à leur hôtel car Sonia ne se sent pas bien, puis avec Quentin et Sophie on part guillerets vers le nôtre. On est trop contents car il fait super beau et la ville est magnifique. On découvre les deux grosses ruines que nous allons visiter demain de chaque côté de la rue ; elles sont à flanc de montagne et vraiment magnifiques ! Les ruelles sont étroites et escarpées, toutes en pierres. Par endroit on voit des femmes dans leurs habits traditionnels rouges. C’est vraiment agréable de faire le chemin. On arrive à notre hôtel. La famille qui nous accueille est adorable. Nous devrons attendre pour avoir nos chambres mais ça nous donne le temps de nous changer et de leur préparer un sac d’affaires bien sales ! Au bout d’une demi-heure on part chercher les autres et on passe prendre à manger pour ce midi. Sur la place principale une école vend des empanadas et des gâteaux…on se laisse tenter avec Quentin ! On entame les gâteaux avant de partir… Les autres cherchent leur bonheur dans de petits restaurants. Une fois que tout le monde a son repas de midi on cherche un combi pour nous amener dans la ville de Pachar, point de départ de notre balade. Sonia avait repéré des vestiges à quelques kilomètres de la ville : le site de Ñaupa Iglesia. Après avoir cherché sur internet, j’ai trouvé que c’est un centre cérémoniel entre les communautés de Pachar et de Pomatales. Son nom « ÑAUPA CHOQELLA CHURCH » signifie « le vieux temple où l’or brille ». Après avoir rejoint le village de Pachar et longé la voir ferré pendant une bonne heure, on emprunte un escalier de 180 marches en pierre taillée et qui monte jusqu’au sommet, pour arriver à l’entrée du Waka (centre cérémoniel) qui est un abri rocheux. La montée est assez difficile car ça glisse et les pierres ne sont pas en bon état. Sophie a un peu de mal et Sonia galère car elle ne se sent pas bien.

Une fois en haut, l’enceinte se révèle être une cavité naturelle formée de deux gros rochers d’origine volcanique. Ce mur abrite huit niches trapézoïdales réparties sur deux niveaux avec quatre chacune. Les niches avaient un double objectif : utilitaire ou décoratif.
Un autre élément important du site est la grande pierre basaltique, au centre de l’entrée. Il s’agit d’un autel où les cérémonies sacrées étaient réalisées (et le sont peut-être encore car lors de notre visite il y avait des offrandes). Ce site est très surprenant, original et différent des autres que nous avons vu jusqu’à présent. C’est surtout la pierre noire en son centre qui est intrigante.

Sophie nous annonce qu’elle va redescendre car elle a vraiment trop le vertige. Du coup on décide de tous descendre car elle a l’air vraiment stressée et on pique-niquera en bas au bord de la rivière. Lors de la descente notre pauvre Sophie est prise de panique. Quentin se mettra devant elle et l’aidera à descendre tranquilement. On passera notre temps à la rassurer car elle commence à avoir les larmes aux yeux. Une fois en bas, elle est toute tremblante et on lui saute au coup pour lui faire des gros bisous (et ça va beaucoup mieux J). On se cherche un endroit sympa pour manger puis on repart. On a repéré un autre site archéologique en venant à Ollantaytambo avec Quentin. On décide d’y aller à pieds depuis Pachar puis de remonter jusqu’à Ollantaytambo. La route est très belle, on voit les sommets des montagnes, la vallée qui change de couleur avec le coucher de soleil. Quand on arrive devant les ruines on se sent un peu couillons car on les voit d’en bas du coup c’est bien moins sympa. On continue la route jusqu’à Ollantaytambo tranquilement. La petite balade de la journée qui devait durer 1h se transforma en une randonnée de plusieurs heures mais avec du soleil donc on est quand même bien contents.

Une fois de retour on ira chacun dans nos hôtels, Sonia ayant vraiment besoin de se reposer. On glandera quelques heures avant d’aller au restaurant. Le restaurant est très joli, toute la décoration est boisée. Par contre, Quentin et moi repartirons bien déçus : c’était cher et pas bien servi. Heureusement qu’ils se sont encore plantés dans l’addition ! Une fois encore les parents de Sonia auront gagné un repas parce que les gens du restaurant ne savent pas compter ! On n’a choisi de ne rien dire encore une fois car ils nous ont presque mis dehors ! Bref, on rentre se coucher après avoir dîner.

Après un bon petit déjeuner nous retrouvons Sonia, Pascale et Philippe sur la place principale. Aujourd’hui nous allons visiter deux ruines.

Nous nous dirigeons vers la première qui se trouve à seulement dix minutes. Nous décidons de nous offrir les services d’un guide car il n’y a absolument aucun panneau explicatif. Le site est grandiose, on y voit des terrasses et de petites maisons dans les hauteurs. Les ruines d’Ollantaytamnbo furent utilisées comme un site militaire et religieux. La construction de ce site en hauteur n’est pas anodine. Elle permettait au chef Inca Manco Pacac et à ses guerriers d’avoir un œil sur toute la vallée et de prévenir les attaques ennemies (d’où la signification de Ollantaytabo qui en Quechua signifie « place pour voir en bas »). La vue du site est magnifique ! On voit les montagnes, le glacier Veronica (qui doit son nom à une jeune fille qui est décédée après avoir tenté son ascension) et sur le village. Il faut savoir que la construction du site fut entamée avant que les incas n’arrivent dans la vallée. On peut le constater par la superposition des deux types de murs : les murs pré-incas ont les pierres qui sont soudées à l’aide d’un mortier ; tandis que les pierres incas sont posées les unes sur les autres et sont bien plus imposantes. Dans la culture pré-inca les habitants de la ville habitaient sur le site ; après la conquête par les incas, seuls le chef et les guerriers séjournaient dans les hauteurs. Le site a été construits de telle sorte que lors des solstices d’hiver et d’été, le soleil sortant des montagnes environnantes, à des points très précis (où les montagnes forment des visages d’incas), frappe à l’entrée de la « puerta del sol » tout en haut du site, mais également dans la fontaine sacrée en bas où les vierges allaient être purifiées (l’eau représentant la vie dans la culture inca). C’était fascinant d’entendre les explications du guide à propos de tout ça ! Nous avons également appris que dans certains des bâtiments les incas stockaient les aliments pour leur consommations quotidienne, alors que dans les ruines d’en face, qui étaient également des ruines dédiées à la protection de la forteresse, il y avait un énorme bâtiment dédié à la conservation des aliments pendant plusieurs mois voir même années. Il y a également de grandes terrasses où les incas cultivaient des patates et autres aliments. Les incas avaient occupé le site pendant une centaine d’années, avant l’arrivée des espagnols en 1536. La prise de la forteresse par les espagnols a interrompu la construction de la forteresse ; c’est pourquoi les murs ne sont pas terminés et que des pierres sont encore sur le sol. Le guide nous expliquera que les pierres étaient récupérées dans une carrière (où nous passerons demain) à plusieurs kilomètres d’Ollantaytambo. Pour les ramener ils devaient traverser la rivière. Cette rivière avait deux bras qui pendant la saison des pluies était bient trop haute pour le transport. Du coup pendant les mois où la rivière était haute, les habitants et les esclaves taillaient les pierres et les descendaient vers la rivière, et pendant le restant de l’année ils les acheminaient jusqu’en haut du site. Mais comment faisait-ils ? Très simple (je plaisante bien sûre) : ils mettaient les pierres qui pesaient plusieurs tonnes sur des plus petites pierres puis sur des rondins de bois. A l’aide de cordes ils les amenaient jusqu’en haut du site grâce à une rampe sur le côté de la montagne. Pour traverser la rivière ils détournaient le courant à l’aide de pierres pour pouvoir traverser un côté, puis l’autre ! Tous les habitants travaillaient à la construction de la forteresse et cela dura sur plusieurs générations. Ils étaient entre 300 et 400 personnes pour amener les pierres jusqu’en haut. Une fois en haut les pierres étaient façonnées de telle façon qu’elles puissent s’emboiter les unes avec les autres. Ce site est remarquable ! comme vous pouvez le constater j’ai vraiment bien écouté 😛

Après cette super visite guidée on voit qu’on peut aller encore plus haut que là où nous sommes allés. Le guide nous dit qu’il y en aura pour 40min environ. On abandonne Pascale et Philippe et on monte tous les quatre. Ça grimpe sévère mais une fois en haut on ne regrettera pas l’effort ; on a une vue imprenable sur la vallée ! On rebrousse chemin tout contents et on retrouve les parents. On pique-nique sur la place centrale puis on entame la visite du second site militaire qui s’appelle Pinkuylluna. On se faufile dans les ruelles escarpées puis on trouve une petite entrée. Là aussi ça grimpe ! mais ce n’était pas une surprise puisque nous pouvions voir ce qui nous attendait depuis les ruines d’en face. On monte tranquilement ; c’est tout aussi joli. Il y a moins de ruines mais les vues sont superbes. Après une bonne heure de balade on décide d’aller se perdre dans les ruelles. On découvrira l’atelier d’un artiste sculpteur de bois qui fait des œuvres magnifiques. Il arrivait à sculpter les détails des vêtements des personnes sur les photos qu’il sculptait ! Après avoir admiré son travail et discuté un peu avec lui on reprend notre route doucement, on regarde les ruelles et les gens, on repasse par le marché puis on fera une pause gourmande dans un joli café. Après cette belle journée on ira se reposer un peu avant de tous se retrouver pour dîner puis après ça sera gros dodo car demain nous avons une grosse randonnée de prévue.

Aujourd’hui on part en randonnée voir la « puerta del sol » ( ou Inti Punku en Queshua) qui se trouve à presque 4000m d’altitude. On a une grosse journée qui nous attend ; on vise les 6h de randonnée. On a un dénivelé de 1200m à faire depuis Ollantaytambo…en d’autres termes, ça va faire mal !

On retrouve Sophie pour un bon petit déjeuner puis on se met en route pour retrouver Sonia et ses parents sur la place principale. Il fait super beau on est tous super contents. Ça va être une belle journée ! On commence la route, on longe les ruines puis après avoir traversé le pont, on commence à se déshabiller car il fait déjà trop chaud ! La route est top ! On voit les ruines d’Ollantaytambo, la rivière, le train et comme on est super chanceux : les sommets enneigés ! On en profite un max, tellement qu’on mettra un peu trop de temps à arriver à la porte ! Sur notre route on croisera quelques personnes qui ramènent leurs chevaux à Ollantaytambo, très sympathiques et souriants. Au bout de deux bonnes heures de marche, voilà que nous avons le choix : prendre un chemin qui va nous faire brûler les fessiers très rapidement mais qui nous amènera en haut plus vite, ou contourner la montagne…on choisit le chemin sportif ! Nous voilà tous en galère, sauf Quentin la gazelle qui devra nous attendre, pendant au moins 45min. Heureusement que le paysage est top ! On voit toute la vallée et les sommets, c’est magnifique. Une fois en haut à bout de souffle on décide de faire une pause déjeuner derrière un gros rocher pour nous abriter du vent. Au loin on voit notre objectif…mais très loin… On remballe tout puis on se remet en route. C’est moins difficile mais on sent que nos fesses travaillent quand même ! On passera devant les ruines d’une ferme. Il y a de très belles vaches et des chevaux qui broutent devant la vallée, c’est très joli à voir. On avance et là deux groupes se forment : Quentin, Sophie et moi d’un côté et plus loin Sonia et ses parents. On arrivera vingt minutes avant eux. On aura de la chance, seuls deux touristes seront en haut avec nous ce qui nous permettra de profiter de la vue grandiose sur la vallée dans la tranquillité ! Quand Sonia et ses parents arriveront il y aura deux autres jeunes mais ça ne fera vraiment pas beaucoup de monde pour une si belle randonnée. On est tous émerveillés par la beauté du paysage qui se dresse devant nous. Malheureusement, comme nous sommes partis assez tard et comme nous avons mis 5h au lieu de 4h pour monter, il nous faut nous dépêcher de descendre avant la tombée de la nuit. La descente étant mon affaire je pars en semi-footing ! Pour une fois que je suis devant tout le monde j’en profite ! On mettre moins de deux heures pour arriver au village en bas mais il nous restera 4km supplémentaire à faire avant d’arriver à Ollantaytambo. Épuisés on essaye d’arrêter des combis sur la route. Quand j’en vois un vide je me mets sur son chemin et il nous prend pour 2 soles chacun. Comme nous sommes épuisés nous ne cherchons même pas à négocier et nous sautons dedans ! On mettra dix minutes pour arriver sur la place principale au lieu d’une bonne heure dans la poussière ! Une fois descendu les filles se précipitent pour aller se doucher mais il fait encore beau et c’est l’heure de l’apéro ! Du coup Philippe dit qu’il voudrait boire une bière et comme nous sommes à côté de l’endroit où nous avions pris un goûter la veille, et que cet endroit était très sympa, nous décidons d’y retourner. Les commandes n’arrivant pas en même temps et Philippe, Sophie et Pascale n’ayant pas envie d’attendre que nous soyons tous servis, Sonia, Quentin et moi resterons plus longtemps au café à discuter avant de retourner dans nos hôtels respectifs avant de se retrouver pour dîner.

Une heure plus tard on se retrouvera sur la place principale et on décidera d’aller dans le restaurant d’hier où le serveur pas très doué mais ultra gentil nous avait bien fait marrer. J’avais réussi à négocier le menu et il avait été super chouette en nous offrant des piscos et en nous proposant deux types de dessert. Du coup on y retourne et là je monte en premier en demandant au patron s’il peut nous faire le même prix. Il rigole et nous installe. Le serveur est content de nous revoir, il nous serre la main à tous et prend notre commande. Pour le dessert on lui demande si on peut avoir la tarte aux pommes qui n’est pas dans le menu car hier on avait tous bavés devant la part de Philippe ! Il se marre et nous dit qu’il n’y a pas de soucis. Après un super repas on rentre tous se coucher.

Aguas Calientes & Machu Picchu

Réveil un peu difficile ce matin parce qu’on s’est couché tard et on était très fatigués, du coup on manque un peu de sommeil. Mais bon, pas grave, on n’aura pas une matinée difficile car on va prendre le train pour Aguas Calientes, point de départ pour le Machu Picchu. On se prépare et là j’ouvre les rideaux ; de la pluie ! on est dégoûtés car on ne voulait pas payer le taxi pour aller à la gare. Tampis, on sera mouillés ! Il pleut des cordes ! On arrivera au bout de 20 minutes trempés et frigorifés. Les autres arriveront pénards en taxi. On attendra quelques minutes puis notre train arrivera. On aura du mal à rester éveiller car il y aura beaucoup de buée sur la vitre mais au bout de trente minutes le soleil repointera le bout de son nez et le paysage changera : on entrera dans une très belle forêt verdoyante où on pourra voir au loin les belles montagnes recouvertes de végétation. Encore une fois on en prendra plein les yeux !

Une heure et demi plus tard nous voilà arrivés à Aguas Calientes. Bon, c’est assez moche et ultra touristique. On dirait une station de ski en pire !

On traverse le marché artisanal que je trouve inintéressant comparé à tous les autres que j’ai vu et surtout bien changé depuis la première fois que je suis venue ! Pour une fois notre hôtel est plus proche que celui des autres du coup on les laisse aller au leur et on se retrouvera plus tard.

Notre chambre n’est pas encore prête mais on peut se changer et laisser notre sac. L’hostel et bof mais bon ce n’est pas cher ! On envoie un message aux autres mais ils ne sont pas prêts… du coup on cherche un café sympa et on leur donne rdv là bas. J’ai repéré un café avec des pâtisseries qui ont l’air trop bonnes… c’est à 200m de notre hôtel du coup on y va à pieds. On croise des centaines de gens qui font la queue pour le bus ! Cela nous affole ! Il va falloir bien s’organiser pour demain ! On arrive à la pâtisserie française…on est horrifiés par les prix ! Par contre on bave devant les gâteaux… On prend une table et là on attend 5min, 10min, 20min…ils sont où ?? On en a marre… C’est encore Sophie qui fait on ne sait quoi ! Au bout de 40min ils arrivent et nous on a les yeux à moitié fermés. Bon, personne n’a l’air super emballé, c’est un peu triste. Heureusement que Sonia garde le sourire pour nous faire plaisir. On ne sera que trois à prendre un truc à boire. On essayera de voir ce qu’on peut faire et comment s’organiser pour demain. Après cette pause on décide d’aller chercher nos tickets de bus pour le Machu Picchu… euh c’est du viol encore cette histoire !! 12USD l’aller de bus ! On a payé plus de 50USD l’entrée ! En plus tout est hors de prix à Aguas Calientes ! On a tous les boules du coup on décide de faire la montée en bus et le retour à pieds. Après ça on va à l’office de tourisme qui nous donne des indications sur notre ballade de la journée : un jardin botanique avec une cascade à quelques kilomètres. On s’achète de quoi manger sur la route puis on se met en route gaiment. Tout le monde est content de se trouver dans la forêt ; c’est super joli et en plus on entend plein d’oiseaux. On verra énormément d’hirondelles voler un peu partout. On verra un endroit au bord de la rivière plutôt sympa pour déjeuner, en plus en dehors de la route donc on sera bien tranquiles. Après ça on reprendra la route et on arrivera au jardin. En fait il s’agit d’une famille qui a créé un jardin il y a plusieurs années et qui, avec les entrées a pu déblayer le terrain et planter de nombreuses espèces de plantes et d’arbres. Quentin et moi sommes séduits par les lieux et comme ils font aussi auberge, je négocie une chambre pour demain soir au lieu de rester dans notre autre hébergement qui est bof. On commence la visite du jardin ; c’est trop beau ! on est dans la forêt en fait avec la rivière à notre droite qui longe tout le sentier. On prend notre temps, on regarde tout ! On verra deux petites cascades et comme nous sommes arrivés assez tard il nous faudra rebrousser chemin pour ne pas avoir à marcher de nuit.

De retour en ville, on achète de quoi manger pour le petit déjeuner et Quentin rentrera se reposer. Sonia avait repéré des trucs au marché d’Ollantaytambo qu’elle avait eu la flemme d’aller chercher du coup je lui propose d’en chercher ici et de les négocier pour ne pas qu’elle regrette de ne pas avoir acheté ses bricoles. Du coup on part tous les quatre avec Pascale, Philippe et Soso et on laisse Sophie acheter ses cartes postales. Le marché est horriblement cher et ils ne veulent pas négocier ! On est super déçus et au moment où elle abandonne je trouve un petit mec qui veut bien faire un prix correct. Du coup elle trouvera son bonheur puis après avoir cherché Sophie on se donne rendez-vous pour manger plus tard. Je retrouve Quentin dans notre hôtel un peu pourri. La chambre pue la cigarette, les douches et les WC ne sont pas top et l’eau n’est pas très chaude…vivement le logement de demain ! Je passe un appel à Fleur puis tout le monde nous retrouve en bas de notre hôtel pour aller dîner. On finira dans un restaurant que j’aurai négocié mais où le service sera lamentable et la bouffe dégueu ! Sonia dira au type que c’était vraiment nul mais il ne comprendra que la moitié ! La serveuse avait une ou deux cases en moins et elle nous a bien fait rire tellement elle n’était pas douée et bêbête. On ressortira tellement déçus que Sonia proposera d’aller dans un café qu’elle avait repéré et qui était joli. Elle nous offrira un super dessert à Quentin et moi, qui coûtera plus cher qu’un menu ! Des crêpes au chocolat fourrées aux fruits avec de la glace…le paradis ! On se quittera sur cette super touche sucrée. Quentin et moi prendront la direction opposée et on passera devant le fameux restau où le type ne nous reconnaîtra pas et nous demandera de venir bouffer !! Après lui avoir rappelé qui nous étions on se pouffera de rire et on ira se coucher ; demain réveil à 4h30 pour aller au Machu Piccu !

Après un réveil vraiment trop matinal on boucle nos sacs, on les dépose à la pseudo-réception et on part retrouver les autre pour attendre le bus direction le Machu Pichu !

Il pleut dehors…on a les boules…mais bons ça peut se découvrir ! On fait la queue avec des centaines d’autres personnes puis on monte dans le bus à 5h30 du matin. En haut nous ne sommes pas seuls ; les touristes font la queue devant l’entrée. Il s’est arrêté de pleuvoir. Les gens se bousculent pour être les premiers sur le site.

On arrive à passer les portes et là on a de la chance, le site se découvre ! En plus ce qui est génial lorsque l’on arrive à la première heure c’est qu’il n’y a personne sur les photos. On avance tranquilement ; le site se couvre et se découvre. Les montagnes autour sont magnifiques. On se régale à regarder le paysage puis il faut qu’on se dépêche car nous devons nous présenter à l’entrée de la randonnée avant 8h. On montre nos tickets et là on commence l’ascension… on fera deux groupes : Quentin, Sophie et moi devant et Sonia et ses parents à l’arrière. On monte, pendant 1h15, des escaliers dans tous les sens, on n’en voit jamais la fin. Le paysage se couvre de plus en plus, il pleut de temps en temps. Quand on arrive en haut on aperçoit un peu le Machu Picchu puis deux minutes plus tard il disparaît. Quand Sonia et ses parents arrivent c‘est toujours bouché. On est tous crevés. La montée était difficile. On attendra une bonne demi-heure dans le froid puis pris par le temps nous redescendrons tous bien déçus. Malheureusement on ne peut rien faire contre la météo ! Heureusement que la première fois que j’étais venue il avait fait super beau !  Une fois en bas on décide de visiter les ruines. Manque de bol c’est tout bouché, on est quand même contents d’avoir eu la possibilité de voir le site en arrivant…sinon je pense qu’avec Quentin on aurait cherché des billets pour le lendemain. La visite sera rapide car sans guide on ne fait que déambuler dans les différentes ruines du site. La météo est vraiment pourrie. On ne voit même pas les montagnes autour. Après la visite on descend toute la montagne à pieds. On ne voulait pas repayer le bus une fortune, l’aller avait déjà coûté bien cher ! Quentin et moi arriveront en bas en premier suivis par Sophie et quelques minutes plus tard par Sonia et ses parents. On remontera doucement vers Aguas Calientes, la pluie étant toujours de la partie. On décide d’aller manger au marché mais seulement Quentin et moi mangeront, les autres n’étant toujours pas confiants avec la nourriture locale. Après ce repas on amène tout le monde à la gare, c’est le moment de dire au revoir à Sonia et ses parents. On attendra un peu que leurs bagages arrivent puis après des accolades, des bisous et plein de larmes versées on donnera rendez-vous à Philippe et Pascale au bord de leur piscine dans un an et à Sonia aussitôt que je serai de retour en France ! J’ai le moral dans les chaussettes, je suis triste de ne plus revoir Sonia pendant un an. On décide d’aller se réconforter avec des gâteaux qui nous faisaient de l’œil l’autre jour dans la boulangerie française puis on ira chercher nos sacs à l’auberge comme nous changeons d’endroit pour la nuit. Il fait toujours moche. On se met en route, on reprend le même chemin qu’hier mais cette fois-ci on a un super rythme. Il ne nous faudra que 45min pour arriver au lodge. En attendant que notre chambre soit prête, on nous offre un thé et un français viendra discuter avec nous…le type en a « marre de visiter le Pérou »…gros naze… On récupère nos clés puis on va se changer prendre une douche et glander. On sera les trois seuls dans le bâtiment, la chambre du naze étant en face de la nôtre. Vers 19h30 on décide d’aller manger dans l’hostel, visiblement les gens mangent ultra tôt car la cuisto a l’air dégoûtée de nous voir. Elle nous servira quand même. Je ne mangerai que la soupe, très tiède et Quentin se fera le menu. Après ce repas on ira faire un gros dodo.

Après une nuit horrible à me tordre dans tous les sens et à me vider par tous les trous dans les toilettes, je dis à Quentin d’aller se promener seul dans le jardin. Je suis persuadée que la connasse de cuisto a coupé la soupe avec de l’eau du robinet pour en avoir plus ! Salope !! Je souffre le martyr, je n’ai plus aucune énergie, dès que je me lève je m’évanouie… bref, l’horreur ! On demandera de garder la chambre une heure de plus pour que je puisse dormir. A midi, pas le choix, on doit partir car on a un combi pour Cusco à prendre. Je galère trop, je suis en hypoglycémie. On va prendre un thé dans lequel je mettrai un kilo de sucre, on prend un coca pas light puis on se met en route. J’espère ne pas être malade sur le chemin. Il fait un temps magnifique aujourd’hui, dommage que nous n’ayons pas eu ce temps hier… je ne marche pas i mal finalement, je me concentre sur ma route, c’est Quentin qui aura besoin de faire une pause car le pauvre se tape le sac alors que je lui avais dit que je le porterai. On arrivera à notre destination de bus, Hydroelectrica, en 1h30 ! Pas si mal pour une fille qui a vomi ses tripes toute la nuit ! On arrive en avance, on cherche notre terminal qui est plus loin, on se cale par terre et on attend que le chauffeur vienne nous chercher. Une fois dans le combi on en aura pour 6h avant d’arriver à Cusco. On fera une pause au bout de deux heures puis avec Quentin on se serrera dans nos sièges car il fait un froid de canard dehors et le chauffeur roule la fenêtre ouverte, sûrement pour ne pas s’endormir…

Une fois à Cusco on demande au chauffeur de nous déposer sur la route puis on continuera à pieds. On est crevés. On arrive à l’hôtel et la nana nous dit que nous avons une chambre pour trois avec Sophie car sa réservation n’a pas fonctionné. Ça ne nous dérange pas. On frappe et là on voit notre petite girafe toute endormie et toute gelée. On discute un peu puis on fonce au lit, besoin de dormir !

Cusco & Fin de l'Amérique du Sud

On se réveil assez tôt ce matin pour prendre le petit déjeuner tous les trois. On aura un français avec nous, lui aussi en tour du monde avec sa femme, mais ils sont bien plus âgés. Lui n’a pas aimé Tahiti…ça promet… On discute puis Sophie va terminer de se préparer. A 9h15 son taxi arrive et là de nouveau des accolades, des bisous et des pleurs…

On se prépare avec Quentin puis on décide d’aller à la place des armes pour savoir comment aller voir les trois sites incas que nous souhaitions faire aujourd’hui. Il y a de l’animation ! Une grosse parade militaire pour fêter l’indépendance du Pérou.

On va jusqu’au rond-point dont nous a parlé la dame de l’office de tourisme puis on prend un combi. Je me sens toujours un peu faiblarde aujourd ‘hui. Les deux premiers sites sont sans grand intêret. Par contre le troisième, Saqsaywaman est un peu plus intéressant. Il s’agit d’une forteresse inca et centre religieux. Construite par l’inca Pachacutec vers le milieu du xve siècle, à la suite de l’attaque de Cuzco en 1438, elle fut finalement achevée par les incas qui suivirent (Tupac Yupanqui, Huayna Capac). Sous les murs de Saqsaywaman se joua l’un des derniers épisodes de la conquête du Pérou. En 1536, lors du soulèvement de Manco Inca, les Espagnols, qui tenaient le centre de Cuzco, furent assaillis de toutes parts par des milliers de soldats incas. Ils réussirent de justesse à conserver leurs positions et tentèrent de desserrer l’étau par une contre-attaque sur Sacsayhuaman qui se solda par un échec : Juan Pizarro, le plus jeune des quatre frères, y fut mortellement blessé. La bataille donna lieu à l’héroïque épisode du capitaine inca Cahuide, passé à la postérité: alors que les Espagnols assaillaient la tour où il s’était retranché avec plusieurs guerriers, il préféra sauter dans le vide et alla s’écraser au pied de celle-ci plutôt que de se rendre.

On en fait le tour tranquilement parce que j’ai du mal à avancer. Il y a un point de vue magnifique sur la ville. On redescendra en ville à pieds. On découvrira de nouvelles ruelles jolies avec plein de boutiques bobos. On ira d’ailleurs manger dans un restau bobo, le marché étant fermé (c’est 15h30 en même temps…). On rentrera tranquilement à l’auberge où on ne fera pas grand-chose. Demain c’est le grand départ pour Tahiti, la route va être très longue du coup on a besoin de se reposer.

Rendez-vous dans la section Océanie du blog!

Leave a Reply