Et c’est parti pour un road trip de huit semaines en Australie!

Pour vous faciliter la lecture, je vais mettre les nouvelles de bas en haut, comme ça vous n’aurez pas à descendre et descendre et descendre la page au fur et à mesure des huit semaines 🙂

De Melbourne à Kangaroo Island

Arrivée à 6am à Melbourne. On prépare nos affaires et le temps de récupérer le van et de sortir il sera 7.30am.

Aujourd’hui on commence notre aventure sur la fameuse « Great Ocean Road ». Mais avant cela, Quentin voudrait aller prendre le petit déjeuner dans une boulangerie française sur la route. On mettre 45min avant d’y arriver. On se laissera tenter par quelques bonnes choses même si la crème pâtissière n’était pas à mon goût… les gâteaux de ma sœur me manquent ! Les miens aussi d’ailleurs !

On se remet en route et on s’arrête dans des endroits que j’avais repéré sur des blogs. Des petites villes sans charme et attrape touristes avec leurs boutiques de surf à la mode, des plages qui n’ont rien à envier à celles de Tasmanie où même aux nôtres ! On s’arrête dans un office de tourisme mais la mamie ne nous vend pas du rêve. On continue la route vraiment bien déçue par ce que nous voyons. La route nous paraît fade après les deux semaines en Tasmanie. La côte n’est pas escarpée et assez plate, la mer est jolie mais elle n’a rien d’extraordinaire. On a du mal à comprendre pourquoi les gens sont surexcités à l’idée de faire cette route ! On a de bien plus belles routes et côtes en Europe, en Bretagne on fait waouh ! mais ici on ne dit rien. Nous avions prévu 4 jours pour faire la côte mais nous écourterons la balade ; on fera tout en un jour ! On essaye de trouver des randonnées mais rien ne nous semble intéressant. Il y a des cascades mais rien de fou après ce que nous avons déjà vu sauf une seule qui fait 30 mètres de haut où nous allons faire un tour. J’avais repéré un endroit pour voir des dizaines de koalas… nous n’en verrons qu’un seul et pas du bon côté si vous voyez ce que je veux dire… On commence à en avoir marre, en plus nous n’avons pas la météo espérée… il pleut, il vente et il fait froid ! On s’arrête à un autre office de tourisme en espérant que la dame nous propose des choses extraordinaires mais non, rien de plus. On prend des informations sur un parc national dont on nous avait parlé (Marion du Airbnb de Melbourne). On décide d’y aller, même si c’est loin ! Du coup ce soir on essayera de faire la fin de la « Great Ocean Road » et demain matin aussi puis on se dirigera doucement vers le parc national. J’ai repéré une randonnée un peu difficile. On va voir où c’est pour peut-être la faire demain. Manque de bol la route est horrible et quand on arrive c’est marée haute. Du coup pas de randonnée et hors de question d’y retourner demain ! Le temps se dégage. N’étant pas bien loin du site le plus mythique de la route, les 12 apôtres, nous décidons d’y aller pour le coucher de soleil. Quand on arrive c’est blindé de monde ! Nous sommes nombreux à avoir eu cette idée ; mais quelle bonne idée ! Même si le ciel était couvert, la lumière était très belle et là, en arrivant devant les 12 apôtres, j’ai vraiment eu une émotion ! J’ai presque eu les larmes aux yeux tellement c’était beau ! Quentin aussi était ébloui par le paysage ! On restera un moment à admirer le paysage puis on décidera d’aller voir deux autres points de vu par loin avant d’aller se trouver un camping. Ce ne sera pas aussi bien que le point de vue officiel. On se met en route pour le camping puis en voyant une caravane un peu cachée dans les fougères, on se dit que l’on va faire pareil. On a repéré un endroit à côté d’un point de vue. On décide de tenter le coup pour ne pas payer une nuit qui sera vraiment courte, car il est déjà 21h et demain matin on compte faire le lever de soleil 5h du matin. On se met dans notre petit coin et au final ça sera parfait car on sera à l’abri du vent. On ne voit rien d’écrit comme quoi nous ne pouvons pas camper ici du coup on décide de rester. Je laisse un petit mot sur le pare-brise au cas où un salop voudrait nous mettre une amende. On se fait un super repas (steak, salade, bière et cidre) puis on va se coucher illico.

Tasmanie

Bien que le ferry ait été plus luxueux et plus confortable que le dernier que nous ayons pris (celui de Tonga, horrible expérience…), j’ai eu du mal à m’endormir. Quentin lui a bien ronflé. Le trajet est quand même passé vite. Nous sommes arrivés à 6h du matin à Denvonport mais le temps de sortir du ferry, nous mettons les pieds en Tasmanie qu’à partir de 7h. Il y avait tout un groupe de motard dans le ferry avec de belles bécanes qu’ils ont gentiment fait ronronner pour sortir du bateau, c’était sympa.

On sort du ferry avec la banane, il fait super beau et nous sommes super contents d’être ici. On commence la route pour aller dans une petite ville dont j’ai lu quelques trucs bien, Launceston. On arrive assez tôt, trop tôt même, l’office de tourisme n’est pas encore ouvert. On se gare à côté en prenant soin de ne pas avoir d’amende cette fois… On prend notre petit déjeuner puis quand l’office est ouvert on va demander des renseignements et acheter notre pass pour les parcs nationaux. Le guide nous dit qu’il y a de super campings gratuits dans certains endroits avec vue et accès directs à la mer ; parfait, nous avons un but pour la nuit ! Il nous donne quelques trucs à visiter. On le remerci puis on va tenter la visite d’un parc, la « Cataract Gorge Reserve ». Il s’agit d’une sorte de canyon. Bon, c’est mignon mais pas foufou. On fait une balade puis on n’ira juste faire des courses (bah oui on a dû tout jeter avant de monter sur le ferry…) avant de reprendre la route.

Maintenant nous partons à la « Low Head Conservation area ». Quentin a repéré que nous pourrions y voir des pingouins. La route est jolie. Quand on arrive on est super contents car la vue est très belle. Il y a un très beau phare rouge et blanc qui surplombe la côte granitique et par chance, nous avons vu un bébé pingouins et un wallaby (d’après le gardien du phare). Après cette petite marche et un petit pique-nique on va découvrir les belles plages de Bridport, un joli lac bleu, un autre phare dans un autre parc et on terminera notre route sur la Bay of fire. On trouve un camping parfaitement bien situé le long de la plage. Le sable est juste magnifique ! Blanc ! et l’eau et turquoise… le rêve. Au loin on voit plein de gros rochers en granit rose ; ça ressemble beaucoup à la côte de granit rose en Bretagne.

On s’installe un peu mieux dans le van et moi je cuisinerai notre tout premier vrai repas dedans. On est super contents et on profitera jusqu’à ce que Quentin s’écroule de fatigue (il a bien conduit en même temps !).

Ce matin je me lève avant Quentin et je vais faire mon tout premier footing de tour du monde, woop woop ! J’ai même racheté des super chaussures pour me motiver. Je pars donc courir le long de la plage. Je commence en allant sur le sable mais au bout de cinq mètres je remonte… le sable est trop mou je suis essoufflée ! Je continuerai sur la route mais comme elle longe la plage c’est joli. Je verrai que nous ne sommes pas les seuls à camper ! Je cours bien quarante minutes avant de retrouver Quentin, que j’arrive à motiver pour faire des abdos fessiers sur la plage.

Quand on a terminé, on installe notre table de pique-nique devant la mer et on se prend un super petit déjeuner.

Après ça, on range tout et on part marcher le long de la plage. C’est agréable mais il fait bien frais. On va vers les rochers granitiques et on découvre d’autres superbes plages. On en profite encore une heure avant de reprendre la route. On fera des arrêts dans d’autres endroits de la baie histoire de bien voir tous les points d’intérêt.

Pour le déjeuner on s’arrêtera dans une ville, St Helens. Cette ville a pour seul intérêt (pour nous) de trouver de l’eau pour remplir notre réservoir. On voir des secouristes en mer qui vendent des sandwiches du coup on leur en achète un. Je vois que ça faisait plaisir à Quentin alors j’en prend un aussi mais je ne me régale pas trop.

On prend de l’eau, on met bien 25L dans le réservoir ! Ils n’avaient pas dû nous louer le van rempli ! On reprend la route et on découvre de jolis paysages de campagne. On s’arrête dans une petite ville dont ils parlaient dans les blogs mais, encore une fois, sans grand intérêt. Il y aura juste un endroit joli avec du granit. On continue la route et on se dirige vers le Freycinet National Park. Là il y a plusieurs choses à voir. Notre premier arrêt sera les « Friendly beaches ». De belles plages de sable blanc. On fera une pause d’une bonne heure à regarder la mer et on aura la chance de voir un kangourou. Après cette petite pause, et comme il se fait tard, on décide d’aller voir où commencera la randonnée de demain puis de trouver un camping gratuit. Celui où nous nous arrêterons ne sera pas aussi bien mais bon, il est gratuit ! On cuisine, on mange, on s’occupe et on fait un gros dodo.

On se réveille super tôt ce matin pour aller faire une grosse randonnée le long de deux baies : Hazard Beach & Wineglass Bay. On prend notre petit déjeuner puis au moment de repartir on galère un peu parce qu’hier on a eu la bonne idée de se garer…dans du sable ! Du coup on essaye d’enlever un peu le sable. Quentin met les planches du lit (une cramera à moitié d’ailleurs…) puis après plusieurs tentatives on arrive à partir ! Il fait vraiment trop froid ce matin, on se croirait en Patagonie !

Sur la route on croise plein de kangourous ! Ils ne sont pas très farouches. Ils mangent tranquillement au bord de la route.

On se gare, on regarde l’itinéraire, 5h de marche aller-retour. Okay, on part. Le sentier est super bien marqué. On s’enfonce dans une espèce de végétation qui nous rappelle la garrigue. Par moment on marche sur des grosses pierres de granit rose et on voir la mer. On avance vachement vite, j’ai la forme !On arrive à la première plage en une heure et demi de moins que prévu…on se demande comment ils ont fait leurs temps ! La plage est magnifique. Sable fin, granit rose et mer turquoise. Avec plus de soleil on aurait vraiment fait « ouah !!! » je pense. On marche tranquillement puis on rejoint un autre sentier qui nous fait marcher dans un autre type de petite forêt. Il y a plus de végétation. C’est joli aussi. Le sentier est très facile jusqu’à l’autre plage qui est toute aussi belle. On admire le paysage puis le chemin devient trop chiant, des marches ! pendant une heure ! Du coup pas de squats ce soir c’est certain ! On monte, ça me semble interminable. Quand on arrive au point de vue c’est très beau. On regardera le paysage avant de tout redescendre et d’aller au van. Finalement nous n’aurons marché que 3h30min. C’est parfait. On décide d’aller manger des moules dans un restaurant producteur sur la route ! Ce n’est pas loin du camping où nous étions. C’est très mignon. On fait péter ! Je demande au serveur s’il y a des frites mais c’est en supplément…des moules sans frites ?! Pas pour deux français en manque ! Du coup on fait péter les frites, de la bière et du cidre locaux avec nos moules et on se pète le bide ! C’est délicieux ! On prend notre temps. On s’arrête sur certaines magnifiques baies. A chaque virage on découvre une autre plage magnifique. La Tasmanie c’est vraiment merveilleux ! Les paysages sont tops ! On roule puis à un moment Quentin me sort qu’on pourrait aller sur Maria Island. Je n’en n’avais pas reparlé parce qu’il m’avait dit que ça allait coûter cher et qu’on avait déjà plein de choses à faire sur la grande île. Du coup, je ne dis pas non parce que ça avait l’air trop beau ! On se rend dans la « ville » où le ferry part. On prend des renseignements et on décide de passer la nuit ici, à Triabunna, et de faire un aller-retour à la journée, comme il n’y a pas de logement sur l’île et que nous n’avons pas spécialement envie de faire du camping (il fait trop trop froid le soir…). La dame de l’office nous dit que nous pouvons rester dans le jardin du bar d’à côté et que cela coûtera le prix que nous souhaitons donner. Elle nous dit 5 AUD par exemple du coup on donnera 5 AUD ! Je lui demande où on peut se prendre une douche…elle me dit derrière ! mais c’est payant…m’en fou, je paye ( 2 euros…) et je fonce me doucher !!! Cela faisait trois jours que je ne m’étais pas douchée… et bah la douche bien chaude a fait un bien fou ! Quand je suis toute propre on part prendre un peu d’eau dans un robinet puis on va se garer au bar. Je demande à la serveuse comment ça marche. Je me marre intérieurement parce qu’il y a au moins huit vieux monsieurs bien grassouillets qui enchaînent les bières et qui taquinent la serveuse qui n’est pas vilaine. Je mets des sous dans la boite puis on va se prendre un petit thé sur notre table de jardin avec Quentin en jouant au scrabble. On luttera pour ne pas s’endormir mais on ne fera pas long feu !

On se réveille tout doucement ce matin. Il y a eu pas mal de vent dans la nuit et ça a bien fait trembler le van. Quentin a vraiment bien dormi car il n’a rien senti ! On se prépare, on range tout, on prend notre petit déjeuner, puis on va vers le ferry ; aujourd’hui on va faire des randonnées sur Maria Island.

Il y a pas mal de monde ! On monte, le trajet durera trente minutes.

Quand on arrive sur l’île, la première chose que l’ont voit ce sont des ruines et une belle plage de sable blanc. C’est prometteur ! L’île était habitée autrefois mais maintenant il n’y a que les rangers, des touristes dans le seul hôtel et dans le camping. Il est 9.30am, et nous devons reprendre le ferry à 5pm. La randonnée que Quentin voudrait faire prend potentiellement 5h et il y a deux autres jolies choses à voir qui prennent dans les deux heures chacune… autrement dit, on ne doit pas trainer ! On sort donc du ferry et on commence la randonnée à fond la caisse. Il y a un couple de sexagénaires devant nous qui va super vite ! Quentin me dit qu’il a entendu qu’ils parlaient français. On essaye de les rattraper mais ils sont trop rapides. Sur le chemin il y a plein de kangourous (ou wallabies) et à un moment on voit une grosse boule de poils, un wombat ! On est trop content ! Les deux autres aussi d’ailleurs. On s’arrête tous devant. Il est énorme et tout plein de poils, il est trop adorable ! Une fois qu’on a bien roucoulé devant cet animal trop joli, Quentin et moi coupons par la droite (montée super raide mais qui nous fait devancer les deux autres, mouahahah) et arrivons en haut d’une plateforme. La vue est superbe ! On voit, au loin, très loin, notre objectif de la matinée. On continue la route, super vite. On traverse une forêt d’eucalyptus trop belle, le sentier commence à bien monter. On tient le coup, on avance sans s’arrêter. Le chemin devient de plus en plus difficile, il monte vraiment abruptement et à un moment on devra marcher sur de gros cailloux sur une pente très raide. Autant dire que c’est dur ! Finalement on aura été super rapide, on arrivera en moins de deux heures ! Il fait beau, la vue est top ! On fait un petit tour. Le couple arrive, il y a aussi un autre couple et une française avec nous en haut. On redescend et on essaye d’aller le plus vite possible avec Quentin pour retourner vers le port.

Maintenant nous voulons arriver vers une plage où la montagne qui y est accolée a de magnifiques couleurs. On va vite, il fait chaud, on sent que le soleil nous brûle la peau. On traverse la ville de Darlington avec ses vieilles maisons et ses ruines, on voit le camping (on est contents de ne pas y être car il est rempli de gosses), on voit la côte puis on atteint la superbe plage de sable blanc et mer turquoise où une chinoise passe des heures à se prendre en photo… On arrive à temps car la mer commence à monter doucement. On arrive devant une côte magnifique, aux couleurs brunes et blanches. C’est extraordinaire. On a rarement vu quelque chose comme ça.

On profite du paysage, on mange puis on fonce faire la troisième balade ; cette fois nous allons de l’autre côté du port pour atteindre une côte avec des fossiles de crustacés qui ont plusieurs millions d’années. On a mal aux jambes et on est super fatigués (on marche depuis au moins 5h non stop). Finalement on arrivera bien plus rapidement que prévu mais ça sera moins excitant que ça en avait l’air. On verra plein de fossiles d’huites ou autres mollusques…cool. Par contre la vue est super belle. On fait un tour vite fait puis on puise dans nos dernières ressources pour essayer d’arriver avant le prochain ferry pour rentrer plus tôt. On a encore deux bonnes heures de routes à faire avant d’arriver à notre prochaine étape tasmanienne. On voit le ferry au loin, on va plus vite et on arrive finalement pile à l’heure ! On s’installe et on s’écroule de fatigue. Le trajet sera rapide. Quentin se prendra un gros café avant de prendre la route.

Il ne trouve pas ses lunettes de soleil… bizarre. On fouille un peu mais elles n’y sont pas. On continue pendant une heure et à un moment Quentin me dit qu’il pense les avoir oubliées à l’office de tourisme ! Il est presque 17h30 et l’office de tourisme va fermer ! J’appelle, je laisse un message, je rappelle, puis finalement on me rappelle. Ils ont bien les lunettes ! Cool ! Bon bin, on rebrousse chemin…on fera la route demain matin. Malheureusement pour nous, les douches seront fermées quand on arrivera et il n’y en aura pas sur la route…ça va puer dans le van !

On arrive à Triabunna, on se gare au même endroit et on se reposera avant de se dégommer un plat de pâtes au pesto et de ronfler jusuq’à demain !

Il a beaucoup plu cette nuit, et il fait toujours moche quand on se réveille. On prépare tout et on mange notre petit déjeuner puis on va chercher les lunettes de Quentin. Une fois récupérées on part en direction du Cape Hauy sur une autre baie. Par chance le ciel se dégage en chemin, tellement que quand nous arriverons là-bas il fera un temps superbe !

On prend des renseignements auprès de la ranger et on va se caler pour déjeuner avant d’entamer la randonnée. Comme les jours sont longs on prend notre temps. On a de la chance, on a des visiteurs à côté du van : un maman wallaby et son bébé qui tète. On mange puis on se met en route. On décide de se mettre en « mode sport ». La randonnée est supposée être de 4h aller-retour mais on fera tout pour réduire le temps de marche ! On va à fond la caisse, au début on se dit que c’est facile puis il y a des marches, des centaines de marches ! Ça descend puis ça remonte pendant longtemps ! C’est bon pour les fessiers ! La route est belle, on marche dans une forêt d’eucalyptus puis on arrive sur le cap. On se retrouve face à une côte rocheuse splendide ! On est super excités. On continue notre route mais il y a un vent glacial qui nous fouette le corps entier ! Quand on arrive enfin en haut, pas d’autre mot que « wahou ! ». C’est magnifique ! On profite autant que notre corps nous le permet puis on rebrousse chemin aussi vite que nous le pouvons. On arrivera finalement à avoir diminué la randonnée d’une heure et demi !

La plage au niveau du parking est trop belle : sable blanc, mer turquoise (on va finir par se lasser vous pensez ?). Je dis à Quentin que j’aimerais bien me baigner… Je me change. On va sur la plage et je vais mettre mes pieds dans l’eau. Euh… je n’irai pas me baigner en fait. J’ai l’impression que je marche dans un morceau de glace ! Elle est plus froide qu’en Bretagne ! Je reviens vers Quentin avant de perdre un orteil puis après avoir fait quelques étirements on prend la route pour aller dormir près de notre prochaine randonnée, le Cape Raoul.

Il n’y a pas beaucoup de choix pour les hébergements sur la route, il n’y en n’a qu’un seul en fait. C’est un gros camping avec tout ce dont un campeur peut rêver : grande cuisine super équipée, four à pizza, bbq, machines à laver, wifi, cheminée, et surtout, la douche chaude ! Le pied ; bon on le paye donc c’est normal qu’il soit bien. On se prépare, on va se doucher, puis on décide d’aller cuisiner dans la salle commune. Il y a pas mal de monde. On entend de l’allemand, de l’Hollandais et du français. On profite du wifi en dînant puis peu après le père de famille français vient nous taper la discute. Il est super sympa et aussi dingue d’organisation que moi ! On discute pendant des heures, sa femme se joint à nous, elle aussi très sympathique. Vers 22h30 on va se coucher. On voit plein de wallabys partout et le ciel est magnifique, on voit la voie lactée.

On quitte le camping assez tard aujourd’hui. On a une demi-heure de route avant d’arriver au début du sentier. La route est rapide. Il y a quelques voitures garées déjà. On voit le couple de canadiens que nous avions rencontré sur Maria Island ! C’est marrant. On les salue en démarrant la randonnée puis ils vont à fond la caisse.

On démarre assez vite aussi. Le sentier début dans une sorte de forêt d’eucalyptus mais il y a d’autres types de plantes et d’arbres. Beaucoup d’espèces différentes qui sentent divinement bon ! On avance, ça monte doucement mais sûrement. On sent nos muscles qui nous demandent d’en finir au plus vite ! On voit un premier point de vue, c’est super beau ! On a une vue dégagée sur une baie et une magnifique côte.

On continue la route puis ça commence à descendre assez vite. On arrive à un autre point de vue où on voit là où nous nous dirigeons. C’est loin et plat ! Hum… ça veut dire qu’on va faire une méga descente qui va nous faire mal au retour ! On descend et le paysage change, on traverse une vraie forêt puis une sorte de garrigue et après on arrive sur la zone de plat. C’est très beau comme type de paysage. Ça fait un peu désertique avec un végétation du sud de la France. On marche un moment puis on arrive à un autre point de vue majestueux. On se retrouve face à une côte de tubes de basaltes d’une longueur interminable. C’est impressionnant et ça donnerait presque le vertige ! On admire le paysage, on marche jusqu’au bout du sentier. On croisera une jeune fille que nous avions vu la veille, du coup on la salue. Une fois au bout le sentier se sépare en deux : un point de vue pour voir des lions de mer et un autre pour aller tout au bout du cap. On commence par les lions de mer. On arrive au point de vue en cinq minutes, c’est magnifique ! On voit tous les blocs de basaltes et tooooooooouuuuuut en bas, un petit groupe de lions de mer qui se dore la pilule dans leur caca tout blanc. On admire et on va de l’autre côté. La vue est complètement différente. On voit deux baies de chaque côté, c’est tout aussi beau. Les canadiens que nous avions doublé en route arrivent avec un grand sourire. On discute un moment puis on rebrousse chemin avec Quentin car d’après les indications, le retour devrait durer trois heures ! On avancera super vite finalement, on doublera la jeune fille qui nous dira que nous allons super vite ! On mettra moitié moins de temps que sur les indications et on en profitera pour rallonger la balade un peu pour aller voir un autre point de vue. On mangera un truc sur le pouce puis on ira voir les ruines d’une ancienne mine où l’on y forçait les gens à travailler (pas mal de prisonniers). Bon, ce sont des ruines mais tellement en mode ruines que dans certains endroits il n’y a que trois briques sur le sol. Ce n’est pas spécialement excitant du coup on essaye de partir assez vite mais on s’est engagé dans un chemin interminable !

Une heure plus tard on arrive au van. On reprend la route pour aller dans un camping au beau milieu de nulle part sur la route vers Hobart. En chemin on s’arrêtera dans une chocolaterie… je ne sais pas si c’est de la chance ou le destin mais on arrivera 6 minutes avant la fermeture ! On achètera du bon chocolat (je terminerai presque tout le mien en moins de cinq minutes).

La route vers le camping est différente, on voit une jolie baie avec plein de fermes. C’est assez sec par endroit. On s’engage dans une zone qui nous parait vide ! On longe une rivière puis on s’enfonce dans la campagne pour finalement arriver au camping de Mick, un gentil monsieur avec un accent indescriptible ! Je crois que son accent ferait frissonner les écossais ! Le camping est simple mais agréable, surtout la salle commune qui a une super cheminée et de vieux fauteuils. Je pars me doucher. Les douches sont payantes, c’est 1 AUD les 2 minutes ! Je fais tout pour n’utiliser que 1 AUD mais c’était limite ! Quentin décide de ne pas se doucher parce qu’il a vu la zone de sport à côté de là où nous sommes garés (des machines pour faire de la muscu)… lui comme moi avons un doute sur le fait qu’il se lève pour faire du sport mais à suivre !

On décide d’aller se caler dans la salle commune et de cuisiner. Il y a un type qui arrive avec le même accent que Mick, du coup je lui demande d’où il vient ; il vient d’ici ! c’est donc un accent local. On dirait un accent de l’Oklahoma ou du Texas. On discute un peu avec lui puis on dîne et on glande avant d’aller se coucher.

Après avoir fait un petit footing dans le parc, je vais retrouver Quentin qui se lève à peine. On va se prendre une douche brûlante en essayant de ne pas trop dépenser de sous puis on va dans la salle commune prendre notre petit déjeuner. Il y a les deux mêmes couples de la veille. On déjeune tranquillement puis on se met en route pour aller à Hobart, la capitale de la Tasmanie. Hier aux informations on a vu que c’était la ville d’Australie où les loyers étaient les plus chers !

On fait une heure de route puis on se retrouve sur une grosse autoroute pleine de monde. On décide d’aller dans le jardin botanique, car Quentin a vu qu’il y avait peut-être un visitor center. Le jardin est vraiment beau et bien entretenu. Il y a toutes sortes de plantes et une espèce de potager où des volontaires viennent mettre la main à la patte. On se promène un moment puis on décide d’aller en centre-ville ; il n’y avait pas de visitor center au final.

Pour rentrer dans la rue principale c’est insupportable ! Il y a énormément de monde et plein de feux partout ! En plus pour se garer c’est trop chiant car il n’y a pas beaucoup de places. On en trouve une au bout d’un moment, pas loin d’un restaurant que j’avais repéré sur le guide du lonely planet. Sur l’horodateur il y a écrit que nous ne pouvons stationner qu’une heure donc on fera vite car on voit un monsieur qui rode pour mettre des prunes ! La ville n’est pas très belle et pas intéressante. On verra quand même une cathédrale en pierre magnifique, avec un toit en bois. On ira voir des endroits que Quentin avait repéré près du port. Il y a une sorte de lieu qui a été réaménagé et qui a l’air de regrouper pas mal d’artistes et galeristes du coin. On fera assez vite le tour avant de retourner au parking. Sur la route je croise un policier et je lui demande comment fonctionnent les places de parking car sur les écriteaux ce n’est pas clair. En fait il y a plein de types de panneaux différents qui te disent si tu peux te garer 15min, 1h ou plus et donc jusqu’à combien de fois tu peux renouveler ton ticket à l’horodateur… un vrai bordel et pas du tout pratique si tu veux faire du shopping car presque toutes les places ont une durée de 15min à 1h ! Du coup, on doit changer de place de parking ! On mettra vingt minutes à en trouver une qui ne dure qu’une heure ! Manque de bol le restaurant recommandé par le lonely planet est nulle du coup on a dû en trouver un autre assez vite !

Après un bon repas, comme on est saoulés de cette ville on décide de partir illico en direction de notre prochaine destination pour la nuit avec un arrêt dans une sorte de zoo pour voir le diable de Tasmanie.

Un peu moins d’une heure plus tard on arrive dans le « Borongo Wildlife center ». On paye l’entrée qui coûte super cher… et on apprend que dans cinq minutes il y a une visite guidée pour voir des wombats, diables de Tasmanie et koalas. Du coup quand la guide arrive on apprend que ce centre est un refuge pour les animaux qui ont été accidentés ou qui ont des problèmes de santé, que les sous que nous leur avons donnés sert au final à pouvoir les soigner et les remettre en liberté. Bon, du coup on est contents d’avoir payé. LA guide  nous fait voir un wombat et on peut même le caresser ! Bon il ne faut pas faire ça quand ils ont plus de deux ans car apparemment ils peuvent vous défoncer avec leurs griffes car ils sont super agressifs… un truc qu’on a bien retenu c’est qu’ils font des cacas carrés et que ça reste encore un des grands mystères de la vie. On continue la visite et on voit des diables de Tasmanie ! C’est super mignon en fait ! Ils sont en voie de disparition à cause d’un cancer de la face qui les extermine. La cause est encore inconnue. Ensuite on passe voir des koalas ! Trop cool ! C’est moins mignon que ce que je pensais et j’apprends que ça ne sert à rien et que c’est l’un des animaux les plus bêtes qui existent… bon… On continue le reste de la visite seuls. On peut nourrir des kangourous avec des graines qu’on nous a donné à l’entrée. Là on voit bien la différence en un wallaby et un kangourou… le kangourou est méga grand ! On verra plein de superbes oiseaux en rétablissements et d’autres mammifères que nous ne verrons sûrement jamais dans la nature car vivant la nuit ou se cachant bien le jour ! Manque de bol nous n’aurons pas le temps de voir une ou deux sections avant la fermeture (on se fait jeter dehors car on met trop de temps et ils veulent fermer…). On repart super contents quand même !

On reprend la route et on fera des courses pour la semaine. Le type à la caisse nous demande de confirmer si nous sommes français. Il nous dit que seuls les français ont des caddie remplis de choses saines et de fruits et légumes !

On arrivera au Mount Field National Park en fin de journée. On se gare au camping du park. Il y a plein de monde mais on trouve un endroit sympa un peu à l’abris des regards et devant la rivière. On se fera un bon repas avant d’aller s’écrouler de fatigue ! Les derniers jours ont été bien sportifs !

Après une grosse nuit de sommeil on se réveille doucement. On a trop bien dormi tellement nous étions fatigués ! On décide d’aller se doucher ce matin car il n’y a pas grand monde et que nous n’allons pas faire de grosses randonnées. La douche est brulante et gratuite, ça fait plaisir !

Une fois que nous sommes prêts nous allons vers le début de la randonnée en voiture. On prend des informations au visitor center puis on se lance ! Aujourd’hui ça sera petites randonnées simples.

On en fait une première pendant un peu moins de deux heures dans la forêt. C’est magnifique ! On voit plein de belles cascades et des arbres immenses ! Ce sont les plus hauts et les plus vieux d’Australie. La forêt est vraiment agréable. On prend notre temps, on voit plein de cacatoès dans les arbres ! C’est trop bien ! Il y a aussi des perruches de toutes les couleurs. On en profite bien puis on retourne à notre van.

On reprend la route pour aller vers un autre sentier de randonnée. On déjeune dans le van avant de recommencer. On démarre depuis un lac, c’est assez joli. On avance tranquillement et au bout de cinq minutes on entend un groupe d’adolescents qui parlent super fort… on les laisse passer en espérant ne plus les recroiser mais manque de bol ils seront toujours là où nous aurons envie de nous arrêter…

Le paysage est joli un moment puis on doit monter en passant par la route. On voit des panneaux pour des pistes de ski ! Ça nous fait marrer, pourquoi pas après tout ! Au bout d’une heure après notre départ nous arrivons enfin au sommet avec un joli point de vue sur la vallée et la rivière. On en profite un peu puis on redescend en passant par un autre chemin pour voir des lacs. Nous ne verrons pas d’ornithorynques malheureusement. On les aura bien cherchés mais aucun d’eux ne sera sorti !

Finalement, nous qui voulions ne pas trop marcher aujourd’hui aurons quand même marché cinq bonnes heures !

On reprend la route et on se dirige maintenant vers le Lac St Clair, point de départ de notre grosse randonnée de demain. La route est sinueuse et semble interminable. Deux heures plus tard nous arrivons dans le coin. Sur l’application il n’y avait pas beaucoup de camping. Nous pouvions nous garer dans le parking d’un hôtel-restaurant à condition de consommer et du coup on perd un peu le sens du campervan. J’ai repéré d’autres endroits mais on ne les voit pas. On tourne un peu puis on se lance dans de petits sentiers où est indiqué un parc national. Bongo ! C’est là ! Sauf que la route est à moitié inondée. Pas grave, on trouvera un endroit où se caler pour la nuit. Il y a trois autres véhicules garés dans leur coin, pas de place pour plus ! L’endroit est très beau. C’est une rivière qui a débordé et du coup il y a d’immenses arbres au milieu qui, je pense, sont morts. Il fait un froid glacial ce soir. Je cuisine et une fois qu’on a dîné, on se met aussitôt bien au chaud dans nos sacs de couchage et nous n’en ressortirons pas avant demain !

Réveil à 6h30 ce matin, on se caille, il fait vraiment trop froid ! On se demande quand est-ce qu’on a bien pu avoir aussi froid que ça ! On petit déjeune et on prépare nos affaires en essayant de ne pas perdre nos orteils et nos doigts. On retourne voir le lac, car même s’il fait ultra froid, il y a du soleil et c’est encore plus joli qu’hier. Après ça on se met en route pour le parc. On prend des renseignements auprès de la ranger qui porte son aspirateur sur le dos (en la voyant j’ai tout de suite la musique de Ghost Busters qui m’est venue dans la tête… j’aurais dû lui faire la blague !). Elle nous dit de nous méfier parce que nous devrions avoir de la pluie et de la neige ! Okay, bon, on prend les infos, on sait qu’on peut changer de direction à n’importe quel moment donc on ne s’inquiète pas plus que ça, d’autant plus que nous sommes bien équipés (j’avais cinq couches de vêtements sur moi en commençant la randonnée).

On y va, c’est parti pour environ sept heures de marche. Le panneau indique 3h pour aller en haut du Mont Rufus, notre objectif du jour. On s’en donne deux ! On traverse une belle forêt verdoyante. Le sentier monte tranquillement mais rien d’affolant. Quand on en sort, là on voit la montagne avec de la neige, la végétation est encore différente et brune, c’est super joli. On continue notre ascension, on croise un groupe de jeunes allongés sur le sol, on les dépasse et on arrive enfin au moment où on fait vraiment travailler nos muscles. Quand on arrive en haut on croit être au point le plus haut mais non, il y a encore bien quinze minutes de marche et au loin, on dirait qu’il pleut ! Pile au-dessus du Mont Rufus ! Du coup on se dit qu’on y va super vite, qu’on admirera vite fait la vue avant de redescendre. Il vente et c’est frais ! On avance aussi vite qu’on le peut sur les cailloux, ce n’est vraiment pas agréable. On voit la vallée de chaque côté c’est magnifique ! On voit bien tous les sommets de toutes les montagnes alentours, ainsi que plein de lacs. Quand on arrive pas très loin, on remarque que ce n’est pas de la pluie qui tombe mais de la neige ! Ah les boules ! On accélère et on fait le tour du promontoire. La vue est partiellement dégagée. C’est joli ! On remet une couche de vêtements puis on entame la descente mais en passant par un autre chemin. La neige s’arrête de tomber mais le vent glacial persistera un petit moment. Le sentier est très bien fait, on marche sur des planches en bois pour ne pas abîmer la végétation. Il y a de la mousse, des petits arbustes verts et rosés, des plantes originales et toutes sortes de fleurs. C’est vraiment beau. On marchera un long moment dans ce paysage avant d’entrer dans la forêt de Merlin l’enchanteur. C’est vraiment beau ; les arbres sont plein de mousse. Là encore le sentier est bien tracé ; on slalome entre les arbres et on passe de petits cours d’eau. Quand on ressort de la forêt, c’est encore un autre type de paysage qui nous attend. C’est impressionnant cette richesse en termes de végétation ! On apprécie vraiment la balade même si elle n’est pas si difficile comparée aux autres que nous avons faites les jours précédents. Par contre, au bout de quatre-cinq heures on commence vraiment à fatiguer. On arrivera finalement six heures plus tard au visitor center. On aura un peu ralenti la cadence après la montée sur le Mont Rufus, pour apprécier le paysage.

On a de la chance, on peut se doucher au visitor center et l’eau est chaude ! Du coup on y va. Quentin est fatigué, et comme on a de l’avance sur notre programme, il propose de retourner dormir au même endroit ce soir et demain de commencer la route vers le Mont Craddle (8h de randonnée de prévu) mais en mode détente et de ne pas trop en faire. Ça me va, c’est lui qui conduit et la conduite à gauche en van je pense que c’est bien fatiguant !

Quand on est prêts, on se dirige vers le camping inondé. On trouvera un autre endroit où il n’y a encore personne. Plusieurs personnes se feront avoir en pensant que la route est praticable mais certains fonceront dans l’eau ! Il fait de plus en plus froid ce soir. J’essayerai de faire la sieste et Quentin lira. On défoncera une boîte de cookies qui devait durer une semaine, en deux jours…à tel point que j’en ai mal au ventre… bon, je me doutais que j’aurais mal au ventre mais ils sont plutôt bon ceux-là ! Bon fait passer la soirée tranquillement, on digère, on remange puis on dort !

Après avoir pris notre petit déjeuner et remballé toutes nos affaires on commence la route pour aller au Cradle (objectif randonnée) sans vraiment trop savoir où nous allons dormir ce soir.

Il ne fait pas très beau et on a bien froid. On roule dans la grisaille et sous la pluie.

On fera un premier arrêt pour voir Nelson Falls. C’est une très belle cascade en plein milieu de la forêt. La balade n’est vraiment pas compliquée et durera moitié moins de temps qu’indiqué sur les panneaux (comme d’habitude j’ai envie de dire !). On reprendra la route et il fera de plus en plus moche, pas super agréable pour Quentin qui conduit.

On voit qu’il y a une autre cascade sur la route du coup on se laisse tenter malgré la pluie. On ira très vite fait jusqu’au point de vue avant de repartir.

On arrive dans le premier village, après un long moment sur la route. Nous avons besoin de faire le plein de gaz et d’essence. Le village est assez glauque. Il est réputé pour son train à vapeur (qui est joli). On dirait un peu un village fantôme. On prend de l’essence et du gaz dans un camping pas loin. Ensuite on décide d’aller dans une boutique d’alcool pour acheter du vin, des bières et du cidre. La dame nous dit que dans le pub à côté on peut avoir du wifi. On décide d’aller y manger mais manque de bol on arrive dix minutes trop tard ! Fin de service ! On voit les plats des autres gens qui ont l’air délicieux… un couple nous fait don de ses frites qui sont excellentes ! On boira un truc puis on mangera des sucreries dans le van avant de repartir.

On décide d’aller dans un bled qui s’appelle Strahan pour dormir. On s’arrête à l’office de tourisme et la fille nous indique deux endroits. Là aussi c’est une petite ville sans charme et un peu triste ; mais il y a la mer ! On va voir le premier camping qui nous demande 44 AUD pour se garer ! Non merci, on paye suffisamment cher le van pas envie de rajouter un prix pareil juste pour le garer ! Les gens sont fous ! Il y a un autre camping juste à côté. La petite dame est gentille et nous propose 25 AUD en nous faisant une réduction ! Je n’ai même pas eu à demander ! C’est parfait. Il y a tout ce dont on a besoin et on a même un super wifi ! On va faire un petit tour, on se laissera tenter par une glace australienne, qui doit faire de la concurrence à Magnum car elles sont plus grosses et meilleures ! On passera la soirée sur internet et à cuisiner. Le temps ne s’améliore pas du coup nous n’avons pas vraiment envie de sortir plus.

On se motive du mieux qu’on peut. Nous ne sommes pas trop pressés. On prend un bon petit déjeuner puis on va voir la Hogarth Fall. Elle n’est pas loin du camping. On fera une petite marche dans une jolie forêt et on aura même de la chance, il ne pleuvra pas pendant la marche ! La cascade n’est pas super jolie mais ça nous aura fait marcher un peu.

On reprend la route et on fait un arrêt pour voir des dunes de sable ! Paysage surprenant car on ne s’attend pas à voir de telles choses dans le coin. On s’arrête et on marche une bonne demi-heure dans le sable. C’est joli, ça nous change et en plus on a du ciel bleu par moment.

Après cet arrêt on va en direction du parc national. On espère pouvoir faire la randonnée jusqu’en haut du sommet demain matin, il y a 8h de marche. Quand on arrive là-bas…il neige et vente ! C’est horrible ! On va à l’office de tourisme et la dame nous dit que ce ne sera pas possible aujourd’hui et demain encore moins… bon… elle nous donne quand même d’autres randonnées à faire. Le temps est vraiment déprimant. On va dans le van et on discute de ce que nous allons faire en déjeunant. Il neige très fort par moment. On joue à un jeu de société puis on décide d’aller faire une balade. Il faut prendre le bus dans ce parc pour se rendre dans certains secteurs. On décide d’aller faire quelques balades qui durent entre 20min et 1h chacune. On descend du bus. Il y a du vent mais pas trop de pluie. On commence et là on verra plein de beaux endroits et de belles cascades. La végétation est encore différente de ce que nous avons déjà vu ailleurs et les arbres sont recouverts de mousse. Par moment il neige et ça rend le paysage encore plus joli. On apprécie la balade malgré le froid, la pluie, la neige et le vent. En fin de journée on reprend le bus et on décide d’aller au camping à côté du parc. Je descends et je demande le prix qui me fait presque avoir une crise cardiaque. On décide de trouver un endroit gratuit mais ça ne sera pas si simple… On s’enfoncera dans une route défoncée et la seule place disponible (les autres étant inondées) sera prise. On décide de continuer la route et on découvre un super endroit au beau milieu de nulle part. On décide de se mettre là. Il fait terriblement froid. On a les os glacés ! On s’installe, on sort notre jeu, on commence la partie et là, tempête de neige ! On se regarde et on se dit qu’on ne devrait peut-être pas rester là… si on est bloqués à cause de la neige ou de la boue ça sera vite embêtant, d’autant plus que nous devons prendre le ferry après-demain ! On rebrousse donc chemin, la neige fouettant notre pare-brise. On croisera plein de wallabys couverts de neige essayant de nous éviter. Vingt minutes plus tard on arrivera au bout de la route et on ira loin… pas le choix, il n’y a aucun autre endroit et on ne peut pas camper n’importe où (une contravention nous a suffi !). On continuera quelques kilomètres et on ira se mettre sur un parking gratuit. Il y aura un autre véhicule seulement. Je ferai la cuisine en me gelant les mains. Après le repas on s’habillera vraiment bien chaudement et je dormirai avec deux sacs de couchage tellement il fera froid dans le van !

On a du mal à se réveiller ce matin, il fait tellement froid. Quentin a mis son réveil à 6h30 mais il fait encore un sale temps du coup on prend trop notre temps, à tel point qu’on arrivera après 9h au visitor center. Il neige pas mal, et à gros flocons en plus ! Personnellement j’ai envie qu’on parte parce que je me dis qu’on ne verra rien. Mais Quentin a envie de rester, au cas où, et de faire la randonnée avec la vue sur la montagne, même si nous ne pouvons pas la grimper. Du coup, on se refait du thé et du café, et on se lance dans un jeu de société. Quand on voit que le ciel s’arrête de nous cracher de la neige dessus, après la partie bien entendu, nous décidons d’aller tenter une randonnée ; pas celle qui va au sommet malheureusement, mais celle qui va au moins en haut du cratère.

On s’habille puis on prend le bus. La météo change toutes les deux minutes et quand on arrive au lac d’où commence la randonnée, il neige pas mal et ça nous fouette le visage. Quentin veut quand même tenter parce qu’on voit un peu les montagnes ; du coup, on tente. Le ciel se dégagera petit à petit. Le paysage se dévoilera et sera encore différent et très beau. On verra des lacs avec une végétation or, brune et verte. Le sentier ne sera pas évident à cause des cailloux et des flaques d’eau dues à la fonte de la neige. On devra faire attention à chacun de nos pas. Au bout d’une demi-heure le vent soufflera encore plus fort, nous déstabilisant par endroit. On devra monter de plus en plus en essayant de garder l’équilibre pour ne pas tomber. Le sol sera recouvert de neige par endroit et le paysage se découvrira de plus en plus ! On est trop contents d’être sortis du van ! Quand on arrive en haut du cratère c’est magnifique. On voit la vallée d’un côté et le lac de l’autre avec les montagnes enneigées autour. On continue sur la partie la plus difficile. Ça grimpe sévère, le vent est violent, on doit s’accrocher à des chaines par endroits mais une fois en haut, on est éblouis par la beauté du paysage ! On découvre les sommets du mont Cradle ! On a une chance extraordinaire car toute la montagne et toute la vallée sont découverts ! On fait que se répéter que nous sommes vraiment chanceux et on profite autant que possible de l’endroit. Quand on redescend on croise pas mal de gens, de la trentaine à la soixantaine, qui commencent le grand treck de la région, l’Oberland, qui dure 5 à 6 jours ; ces gens n’auront pas le choix, ils devront passer le sommet du Cradle pour continuer ! On les encourage en descendant car on doit tous faire attention aux grosses rafales de vent. On continue la descente en repassant par le cratère mais on le contournera pour prendre une autre route tout aussi belle. Le paysage change encore et on est encore émerveillés de ce que nous venons de voir. On avance tranquillement, on profite du temps qui est découvert pour nous mais qui est couvert en haut maintenant ! Sur le chemin on croise des asiatiques qui sont partis en mode fashion et on les met en garde sur ce qui les attend… Après trois heures de randonnée on retourne dans notre van super contents d’avoir persévérés ! C’est grâce à Quentin si nous sommes restés d’ailleurs ! Quentin se fait un café puis on reprend la route direction le nord de l’île. On a décidé d’aller dormir dans un camping près d’une plage. La route nous semble interminable. Le paysage est complètement différent, on ne voit que des fermes et de la forêt, partout ! On n’en peut plus. En fin de journée on arrive épuisés au camping. On dirait qu’il y a des gens qui résident ici à l’année. Les propriétaires sont deux vieux. Le papi est plus agréable que la mamie. On se repose, on fait une lessive (avec de l’après-shampoing dans la machine, car on a été trop radins pour acheter de la lessive et on s’est planté entre le shampoing et l’après-shampoing…). On écoute des émissions intellectuelles sur le tel de Quentin puis après le dîner on ira faire un gros dodo.

Ce matin je me lève avant Quentin pour aller faire un footing au bord de la mer. Il fait beau mais froid. Je profite de l’air frais, c’est super agréable de courir sur la plage !

Une heure plus tard (bon un peu moins, j’avoue) je retrouve Quentin. On se fait un gros petit-déjeuner ; surtout lui, hier je lui ai fait des crêpes parce que je m’étais acheté des M&Ms égoïstement dans la station-service et je n’avais même pas eu la gentillesse de lui prendre un truc qu’il aime…du coup je me suis sentie un peu coupable…

Après ce bon petit déjeuner on part, on doit reprendre la même route. Il y a autant de vent qu’hier donc Quentin doit beaucoup se concentrer.

Notre premier stop de la journée sera le « Platypus house ». Comme nous n’avons pas eu la chance de voir des ornithorynques dans toutes les rivières que nous avons vues, nous avons décidé d’aller dans une sorte de zoo spécial pour ces bêbêtes, car ce sont quand même des animaux que l’on ne trouve qu’en Australie.

On arrive au zoo et c’est assez spécial comme visite. On ne comprend pas tout ce que dit la guide car elle a un sacré accent mais on sera contents de voir les animaux, même si honnêtement l’endroit où ils vivent est assez glauque. La visite sera vraiment rapide, c’est dommage mais on sera contents quand même.

Et c’est reparti pour un peu de route. Quentin voudrait aller marcher dans un parc national, le Narawntapu National Park ; c’est le premier parc de Tasmanie à porter un nom aborigène. Quand on arrive il fait beau, et c’est l’heure de manger. Comme il y a un bbq électrique je décide d’aller faire cuire les légumes dessus pour éviter qu’on utilise notre gaz. Quentin restera dans le van. Il y a une Suisse qui fait un tour du monde en vélo, du coup elle m’aborde et on discute pendant que ça cuit. Elle est gentille, elle ne sait pas où elle va. Jamais ça ne nous serait venu à l’esprit de faire ça ! Faire du vélo une heure ça nous soule déjà… Quand le repas est prêt on mange puis on passe vite fait demander des randonnées à l’office de tourisme. La ranger est super enjouée et nous parle un peu comme si nous étions des enfants…parce que veut des tampons sur nos passeports… et alors ? ils sont cool nos passeports maintenant ! Quand on a ce qu’on veut on y va. On marchera dans une espèce de forêt avec plein de kangourous et de walabys. On a un objectif dont on ne connait seulement le nom. Il s’avèrera que c’était le haut d’une montagne… et Quentin était parti en tongues. Ce n’était pas insurmontable donc ça va. La vue d’en haut est magnifique. On a un panorama complet de la baie et du parc. Pour le retour on passera par la plage. Il y a énormément de vent mais comme le sable est humide on ne s’en prend pas plein la figure.  On sera les seuls à marcher sur le sable, les yeux dans l’eau… notre rêve étant trop beau…Quand on a terminé la randonnée on doit se mettre en route pour le ferry, c’est notre dernier jour en Tasmanie malheureusement. Je serais bien restée une semaine de plus ici ! On met dix plombes à embarquer mais par chance on a les mêmes places. Du coup on pourra jouer à notre jeu sur le sol devant nos chaises et dîner tranquilles. La nuit sera agitée pour moi car dès que le bateau bouge à cause du vent ça me fait flipper ! Quentin dormira plutôt bien.

Melbourne

On arrive super tard à Melbourne, à moitié endormis. On passe la douane très décus car nous n’avons pas eu de tampon ! On va prendre un taxi ; on en a pour une bonne grosse demi-heure avant d’arriver chez notre hôte, Marion, dans le quartier de Richmond.

Notre chauffeur est très gentil ; il est Somalien et nous parle de plein de choses. Comme il est super tard, il n’y a pas de circulation. On a par moment de superbes vues sur les buildings de la ville. Gros changement après quatre mois sur des îles !

On arrive dans Richmond. De nuit on voit des bâtiments assez bas, en briques. On se croirait en Angleterre. C’est très mignon.

Le chauffeur nous dépose, on sonne et Marion descend. Elle nous aide à monter nos bagages. On arrive dans son appartement. Il est joli et cosy. Au premier abord on dirait que Marion est un peu hippie sur les bords ! Elle nous montre tout puis on s’écroule dans notre grand lit douillet.

Le lendemain on ne se réveille pas si tard que ça, à la grande surprise de Marion. Elle n’est pas seule, il y a deux garçons dans l’appartement, fils ou amis nous ne sommes pas certains. On se prépare puis on sort explorer la ville.

On découvre Richmond de jour. C’est un quartier asiatique. Il y a des restaurants vietnamiens et thaïs de partout ! C’est parfait, on sait où on ira manger le soir. On décide de tout faire à pieds. Sur le chemin on achète deux petits trucs à grignoter pas terribles puis on voit un café qui a l’air sympa. On décide de se prendre un petit déjeuner (bon en fait je devrais dire que JE vais prendre un petit déjeuner). Ils vendent des croissants aux amandes et le must, du yaourt avec des fruits ! Pas le choix, je prends les deux avec un chocolat chaud. Bien entendu je n’arriverai pas à terminer. Du coup on embarque le reste de croissant et on part. On marche le long d’une grande avenue. On découvre de petites rues avec de jolies maisons. On explorera le quartier Fitz Roy, au nord du centre de la ville. Un quartier hipster avec plein de boutiques sympas, de cafés et de restaurants. L’architecture du secteur nous plait beaucoup. Des briques, des petites maisons avec petits jardins et moulures sur les façades. Il y a aussi beaucoup de street art. On traine dans les rues pendant des heures. On en profite aussi pour acheter de nouvelles chaussures de randonnée et autres choses dont nous avons besoin pour le reste du voyage (bon l’Osmo Poket n’était pas indispensable, j’avoue…). Le midi nous n’avons pas très faim du coup on se dit qu’on se prendra un gros goûter plus tard. Finalement je prendrai une grosse glace que je mettrai toute la journée à digérer et Quentin mangera un sandwich plein de cochon ! On marche encore et encore et encore. En fin de journée on décide de rentrer. Comme l’appétit nous revient on va manger dans un restaurant vietnamien qui nous servira bien trop à manger. On rentrera après à l’appartement complètement HS, après avoir marché 8h. On fera un petit récit à Marion avant d’aller s’effondrer dans le lit.

Ce matin je me motive pour faire ma gym. Après ça je me réveille Quentin, on prend notre petit déjeuner et on part explorer un autre quartier : le centre. On marche jusqu’au centre puis on traversera des parcs, des passages, des arcades, et des ruelles pleines de street art. On a trouvé un circuit de street art super bien fait que nous revisitons en y ajoutant d’autres endroit trop cool que nous avons repéré sur internet. Melbourne c’est vraiment top. On s’éclate. Vers midi je vois un coiffeur tout seul dans sa boutique, je lui demande si je peux me faire couper les cheveux. Pas de soucis ! C’est parti. Quentin va faire un tour en attendant. Après ça, on va se manger une pizza mais comme on n’a plus l’habitude de trop manger on a du mal à terminer (on terminera quand même) après deux parts de pizza.

On continue la ballade jusqu’à assez tard le soir. On verra vraiment des choses sympas, comme la librairie avec son dôme magnifique, des ruelles super cool, des cafés originaux, de beaux parcs etc. On profitera à fond de notre journée avant de la terminer dans un restaurant thaï que Quentin avait repéré. On mange sans faim mais c’est super bon ! Le soir, même histoire, on rentre et on s’endort directement !

Ce matin on se lève un peu plus tard ; deux jours de 8h de marche c’est assez énorme. On prend un super petit déjeuner puis on prend le tram pour aller à la plage. On galère un peu à comprend où et comment avoir une carte de tram puis une fois que c’est bon on monte dedans ! Sur le trajet on verra de jolis bâtiments et de belles œuvres d’art sur les murs.

On descend un peu moins d’une heure plus tard ; on arrive à St Kilda. On marche un peu dans le quartier avant d’arriver dans la rue principale. Bon, ce n’est pas super beau mais ça passe. On se balade tranquillement. On va voir les choses à voir dans le coin (parc, bâtiments…). On passe devant le parc d’attraction Luna Park. C’est le plus vieux de la ville (ou du pays). Il est très bizarre ; la porte d’entrée est sympa. On trainasse et on va vers la plage. Bon, rien à envier aux autres plages du Pacifique que nous avons vu, mais c’est quand même sympa d’aller à la plage. Il fait très chaud aujourd’hui et du coup il y a beaucoup de monde qui se dore la pilule. Après ça on va manger dans un restaurant végétarien pas mal.

On reprend la route pour aller dans un par cet là, c’est le drame. Quentin et moi n’allons pas dans la même rue et on se perd ! Oui dit comme ça c’est étrange mais il y a eu un moment de cinq minutes qui a fait qu’on s’est perdus pendant 1h ! Du coup comme on avait pour but le parc, je me suis dirigée vers le parc en me disant qu’il était en train de prendre tel chemin… je regardais de partout mais je ne le voyais pas. La tension commençait à monter… Je continue le cœur battant, je m’énerve toute seule et bien sûre, comme je réalise que je n’ai aucun document d’identité, aucun argent et pas d’eau, et qu’il fait 35 degrès dehors, je commence à avoir envie de pleurer. Mais, je ne pleure pas encore ! Les larmes montent doucement, j’essayent de garder mon calme. Je marche vite en regardant partout s’il n’est pas là. J’arrive au parc, là où je pensais qu’il arriverait mais, bien entendu, il n’est pas là ! Du coup, je perds mon sang-froid et je pleure !! Je pleure mais dès que quelqu’un arrive j’essaye de faire genre ça va. Dix minutes après mon arrivée au parc on m’appelle sur what’s app, c’est Quentin ! Je fonds en larmes (encore plus), lui est paniqué au téléphone… On se donne rendez-vous à l’entrée du parc. Je l’attends sur un banc puis trente minutes plus tard il arrive enfin. Il a eu aussi peur que moi ! Il me dit qu’heureusement qu’il a trouvé des cabines téléphoniques pour m’appeler ! il pensait qu’on m’avait kidnappé… bref…on s’est retrouvé et du coup on continue notre chemin. On traverse le fichu parc qui est moche et interminable ! On voit des oiseaux assez drôles ; il y a un grand lac depuis lequel on peut voir tous les buildings de la ville. On marche bien une heure avant d’arriver au bout de ce satané parc ! Il est presque 15h30 et on voudrait aller dans un marché qui ferme à 16h. Quentin a super mal aux pieds mais il tiendra bon jusqu’à ce qu’on y arrive. On fonce en essayant de regarder l’architecture des bâtiments du coin.

Quand on arrive on est un peu déçus. C’est un marché un peu hipster mais pas non plus extra. On fait un tour puis on va boire un coup dans un bar pas très loin. Le quartier sud de Melbourne est assez chic on dirait. Les boutiques ont des prix un peu plus élevés et les bâtiments sont un peu plus grands.

On traine dans le coin puis on va en direction du Victoria Market. On passe dans le sud du quartier central. Il y a plein de buildings. On traverse la rivière puis on repasse par de grandes avenues et rues où nous étions passés hier. Quand on arrive au marché c’est blindé de monde ! Il y a un festival. C’est un grand hangar avec plein de petits marchands de tout et n’importe quoi d’un côté et de l’autre plein de stands de bouffe de tous les pays. On fait un tour mais on n’a vraiment pas faim ; les odeurs et voir les gens manger leurs plats gras nous donnent mal au ventre. On décide de partir. En plus, Quentin a mal aux pieds et on est fatigués. On va se reposer un peu dans un parc puis on reprendra la route pour rentrer. On ne passera pas de nouvelles ruelles dans le quartier qu’on aime bien. Le soir on sera tellement épuisés que nous irons nous coucher sans manger.

Ce matin on prend notre temps, et je ne fais pas de gym ! On prend un bon petit déjeuner, on boucle nos sacs puis on commande un Uber pour nous amener à la boutique de location de van qui est super loin !

On remercie Marion puis on monte dans la voiture de notre chauffeur turc très gentil qui nous tape la discute. La route sera un peu longue. On arrive vers 10h30 et on est accueillis par une demoiselle très gentille. Elle nous fait les papiers et nous dit que nous avons de la chance, notre campervan Toyota Hiace est tout neuf ! Nikel ! On organise tout avec elle puis on met tout en place dans le van qui est déjà bien équipé. Après avoir tout rangé on va faire des courses pour la Tasmanie. On achète plein de fruits et légumes pour cuisiner puis on prend la route direction la plage ! Une bonne heure plus tard on la voit enfin ! Il y a beaucoup de vent aujourd’hui et le ciel s’assombrit. La plage est très belle. Il y a quelques maisonnettes colorées qui sont sur le sable. On pique-nique enfin puis on longe la côte. On s’arrête de temps en temps jusqu’à ce que nous atteignions la plage de Brighton avec toutes ses maisons colorés (endroit où tous les instagrameurs se sont donnés rdv on dirait !). La visite de la plage n’aura duré que dix minutes et un connard de policier aura quand même eu la gentillesse de nous mettre une amende de 83 AUD ! Le con ! On reprend la route dégoûtés jusqu’au ferry. Comme on arrive trop tôt on va se caler dans un café sympa avec internet. Deux heures plus tard on se dirige vers le ferry et là on nous annonce que nous ne pouvons pas amener de fruits et légumes à bord ! Les boules ! On doit jeter toutes nos courses ! On a été vraiment idiots de ne pas avoir lu les consignes avant de faire les courses ! Le pire c’est que ça sera jeté, que personne ne mangera les aliments… bon on jette et on roule bien dix minutes avant d’arriver dans le bateau. Là encore, belle boulette. On suit la voiture devant nous sans se dire qu’on a un van qui fait 2m de haut ! Le haut racle le plafond et on se fait crier dessus par les types du parking. J’entends un crac…merde…On gare notre truc on sort mais on ne voit rien. On se change, on prépare nos affaires pour la nuit puis en allant vers la porte on regarde le van…il a une belle trace rouge sur le haut ! Le mec se marre. On lui dit qu’on repeindra en blanc !

Le ferry australien est bien plus chic que le ferry tongien ! Je ne vois pas de cafards ici ! Les cabines ont l’air sympa…dommage que nous n’ayons qu’un siège inclinable ! On s’y rend. On a de la chance, on a deux places dans un coin sans personne. On organise notre séjour en Tasmanie puis on s’occupe avant de manger et d’essayer de dormir !

Leave a Reply